Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Infrastructures routières


Les routes ont fait régulièrement depuis la création du ministère des Travaux publics l'objet d'une division ou d'une direction; elles ont été assez longtemps associées à la navigation (1876-1920). L'administration des routes composée à l'origine de deux bureaux n'a commencé à se développer qu'avec l'accroissement de la circulation automobile et la création des premières autoroutes: 3 bureaux en 1936, 4 après la guerre, 6 au moment de la création du ministère de l'Equipement; elle était devenue entre temps direction des Routes et la Circulation routière (1956), appellation qu'elle a conservée jusqu'à la création de la direction de la Sécurité et de la Circulation routières.
Après 1967 elle est composée de la façon suivante :
· une division des études et programmes,
· une sous-direction des investissements,
· une sous-direction de l'exploitation et de la réglementation de la circulation.
Cette dernière sous-direction s'est subdivisée en 1972 en trois (entretien, réglementation de la circulation, plus une division de l'exploitation routière). Les deux dernières ont formé en 1975 le service de l'exploitation routière et de la sécurité (SERES) puis la direction de la Sécurité et de la Circulation routières.
La direction des Routes, suivant l'appellation qu'elle a recouvré en 1982, "élabore et met en œuvre la politique de modernisation et d'entretien du réseau national des routes et autoroutes". Depuis la réorganisation de 1985 (modifiée en 1992), elle comprend quatre sous-directions principales:
· politique routière, budget et planification (puis planification et budget),
· investissements routiers,
· autoroutes et ouvrages concédés,
· entretien, réglementation et contentieux.
On notera la prépondérance, prévisible, des documents de nature technique dans les archives en provenance de ces divers services.
Outre les versements de la direction des Routes proprement dites, on trouvera dans ce chapitre ceux, assez nombreux, effectués par le service d'études techniques des routes et autoroutes (SETRA), ancien service central des ponts-et-chaussées. Volumineux, ils sont d'une exploitation difficile et demanderaient à être révisés ; c'est néanmoins dans ces versements que se retrouvent les documents les plus anciens sur les premières autoroutes.


La série F14 contient de nombreux articles relatifs aux routes, essentiellement pour le XVIIIe et XIXe siècle - il nous est parvenu très peu de choses pour le premier tiers du XXe, les documents contemporains  ne commençant guère qu'à partir de 1930 :

F14 123 à 219
Routes, ponts, navigation; documents classés par anciennes généralités, 1671-an XI (pour Paris, quelques documents antérieurs, depuis 1540)

F14 220 à 427
Routes et ponts, comptabilité (états de situation des travaux exécutés et des dépenses faites), 1790-1830

F14760 à 954
Routes et ponts : correspondance, rapports, mémoires, devis, projets, cartes, par départements, 1789-1815
Itinéraires, taxes, 1779-1823

F14 955 à 1032
Pays annexés : comptabilité (états de situation des travaux exécutés et des dépenses faites) ; correspondance, rapports, mémoires, devis, cartes, par départements, 1792-1813

F14 1317 à 1971
Généralités, travaux, indemnités, par départements, 1794-1898

F14 11072 à 11156
Classifications, itinéraires, travaux, par départements (ponts principalement), 1792-1902

F14 11182 à 11187
Tableaux des routes et ponts, XIXe siècle

F14 14988 à 14998
Suppression de passages à niveaux, par départements, 1923-1954

F14 17461
Numérotage des routes, 1912-1913

Il faut y ajouter des séries de plans remontant au XVIIIe (et même à à la fin du XVIIe siècle) ; ils proviennent de l'ancien dépôt des cartes et plans des Travaux publics, créé sous le Premier Empire et qui a même formé de 1878 à 1885 une direction (cartes et plans, statistiques, archives) avant de disparaître. L'essentiel des collections en a été versé après l'inondation de 1910, qui avait occasionné d'importants dégâts (F14 10048-10408) ; elles concernent les routes, mais aussi les voies navigables, les ports, les chemins de fer. On note aussi la précieuse collection de plans des routes de France, établis au XVIIIe siècle sous la direction de Trudaine et Perronet.

F14 8443 à 8507 Plans des routes de France, dessinés de 1745 à 1780

F14 10148 à 10210  Cartes et plans, par généralités puis par département, 1687-1888

F14 10356 à 10378 Cartes routières, 1790-1888

F14 13860 à 14415 Plans de traverses des routes nationales, 1753-1910