Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

1er appel d’offres éolien en mer

16 avril 2012 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Sommaire :


      

11 juillet 2011 - Lancement du premier appel d’offres

11 juillet 2011 (mis à jour le 10 mai 2012)

Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, la France s’est fixée l’objectif ambitieux de porter à 23 % de la consommation d’énergie la part des énergies renouvelables en 2020. Pour y parvenir, le Gouvernement a engagé depuis 2007 une politique sans précédant en faveur du développement d’énergies nouvelles (éolien, photovoltaïque, biogaz, méthanisation, etc.). Avec la publication le 11 juillet 2011, par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) du cahier des charges de l’appel d’offres « Eoliennes en mer », la France franchit une nouvelle étape pour atteindre cet objectif.



L’énergie éolienne en mer, et plus généralement les énergies marines contribueront à produire 3,5 % de la consommation d’électricité pour alimenter plus de 4,5 millions de foyers. Cela implique la construction d’une capacité éolienne off-shore de 6 GW à l’horizon 2020, soit environ 1200 éoliennes.

Le premier appel d’offres doit permettre d’ériger 500 à 600 éoliennes au large des côtes françaises, pour une production de 3 GW, soit la consommation de 1,75 % de la population.

L’appel d’offres repose sur trois principes : produire une énergie verte à un coût maîtrisé, et développer une véritable filière industrielle, tout en respectant l’environnement et les usages existants du domaine maritime.

Les projets seront sélectionnés selon 3 critères :
> la qualité du projet industriel et social (40 % de la note finale)
> le prix d’achat de l’électricité proposé (40 %)
> le respect de la mer et de ses usages (20 %)

Les candidats devront remettre leur offre avant le 11 janvier 2012. Ils seront présélectionnés en avril 2012 et définitivement retenus courant 2013 à l’issue d’une ultime étape de « levée des risques » pour confirmer la faisabilité du projet. Les installations seront mises en service progressivement entre 2015 et 2020.
 

Le calendrier du 1er appel d’offres

>> Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les 5 zones retenues et les objectifs de puissance :

> Le Tréport (Seine-Maritme-Somme) – 110km2 : puissance maximale 750 MW, puissance minimale 600 MW ;
> Fécamp (Seine-Maritime) – 88 km2  : puissance maximale 500 MW, puissance minimale 480 MW ;
> Courseulles-sur-mer (Calvados) – 77 km2 : puissance maximale 500 MW, puissance minimale 420 MW ;
> Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) 180 km2 : puissance maximale 500 MW, puissance minimale 480 MW ;
> Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) – 78 km2 : puissance maximale 750 MW, puissance minimale 420 MW.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

 

      
Imprimer