Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

15 nouveaux partenariats franco-indiens sur les villes durables et les énergies renouvelables

26 janvier 2016 (mis à jour le 2 février 2016) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Ségolène Royal s’est rendue en Inde dans le cadre de la visite officielle du Président de la République du 24 au 26 janvier 2016. A cette occasion, de nouveaux accords de coopération franco-indiens ont été mis en place pour concrétiser les engagements pris lors de la COP21 en faveur de la transition énergétique et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.


Développer des villes durables et intelligentes

Ségolène Royal soutient 3 territoires dans le cadre de la démarche « smart cities » lancée par le gouvernement indien

Trois accords de coopération ont été signés avec les territoires de Chandigarh, Pondichéry, et l’État du Maharasthra (ville de Nagpur) pour développer des partenariats de projets dans les transports, l’énergie, la gestion de l’eau et des déchets… Ils prévoient le soutien technique d’experts français du ministère de l’Écologie et l’aide financière de l’Agence française de développement (AFD).

 

► La ville-territoire de Chandigarh (1M habitants) souhaite développer un projet de métro léger, améliorer son réseau d’eau et d’assainissement et créer une plate-forme numérique locale.

► La ville-territoire de Pondichéry (1,2M habitants) bénéficiera d’un prêt de 200 millions d’euros de l’AFD pour la modernisation de son réseau d’eau et d’assainissement, et d’une expertise sur la protection et la valorisation du patrimoine architectural.

► La ville de Nagpur (2M habitants) pourrait bénéficier d’un prêt de 130 millions d’euros de l’AFD pour son projet de métro, et prévoit la modernisation de sa gestion des déchets, l’aménagement des abords de la rivière Nag et son assainissement.

 

Neuf entreprises françaises s’engagent pour le développement urbain durable en Inde

EPI (Engineering Projects India Limited), une compagnie publique indienne qui réalise de nombreux projets d’infrastructures, a conclu des accords-cadre avec 9 sociétés françaises des services urbains pour le développement des « smart cities ».

EPI a déjà signé un premier accord avec la société française POMA pour exécuter des projets de téléphériques en Inde. Sur la base de ces accords, EPI pourra faire appel à l’expertise de sociétés françaises sans passer par un appel d’offres.

 

Promouvoir les savoir-faire français

Ségolène Royal a mobilisé les entreprises des services urbains en France autour des « démonstrateurs industriels de la ville durable », dont les 11 lauréats ont été annoncés en décembre.
Les 400 territoires à énergie positive pour la croissance verte et le climat soutenus par le ministère de l’Écologie sont également les vitrines des compétences françaises en matière de transition énergétique décentralisée.


Encourager les énergies renouvelables

Le CEA s’engage pour le photovoltaïque et le stockage d’énergie

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a adopté deux démarches qui contribuent à faciliter l’accès de tous aux énergies propres :

  • coopération avec Green Village Ventures pour la recherche dans le domaine des solutions solaires photovoltaïques en zone rurale hors réseau (production d’énergie et stockage) ;
  • partenariat avec la société Crampton Greaves (CG) pour la réalisation d’un démonstrateur de production photovoltaïque de forte puissance pour l’alimentation électrique d’aéroports indiens.

 

L’Alliance solaire internationale

L’accès de tous à une énergie propre, en particulier une énergie solaire, dans les pays en développement est l’objectif principal de l’Alliance solaire internationale. Cette initiative a été lancée lors de la COP21 par le Premier Ministre indien et le Président de la République française pour promouvoir et développer l’énergie solaire.
Les entreprises françaises produisent déjà environ 10% du photovoltaïque en Inde (principalement Solaire direct, filiale d’Engie, et EDF EN avec son partenaire ACME SOLAR).


EDF Energies nouvelles acquière 50 % de la branche énergies renouvelables du groupe SITAC

L’objectif est de développer 1 GigaWatt d’énergie éolienne en 5 ans (soit 1 milliard de dollars d’investissements). Cette acquisition s’inscrit dans la volonté d’EDF de doubler ses activités dans les renouvelables à l’horizon 2030.

Comme la France au travers de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, l’Inde s’est fixée l’objectif d’atteindre 40 % d’électricité renouvelable en 2030 pour diminuer ses émissions de gaz à effet de serre et réduire la pollution.

 

 

► Plus d’informations sur le déplacement présidentiel en Inde

Villes durables, transport, environnement et énergies renouvelables : 15 milliards d’euros de contrats en jeu pour les entreprises françaises d’ici trois ans (PDF - 189 Ko)

L’ambition franco-indienne pour le développement de l’énergie solaire (PDF - 198 Ko)

La coopération spatiale francoindienne pour l’observation climatique et la surveillance de l’environnement (PDF - 186 Ko)

Energies renouvelables en Inde : les projets en partenariat avec la France (PDF - 438 Ko)

Secteur ferroviaire en Inde : les principaux projets ferrés (PDF - 291 Ko)

Développement urbain en Inde : les projets en partenariat avec la France (PDF - 547 Ko)

Modernisation des transports publics en Inde : le projet de métro (PDF - 365 Ko)

Imprimer