Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

60 pays ont déposé leurs instruments de ratification

21 septembre 2016 (mis à jour le 29 septembre 2016) - COP 21
Imprimer

En tant que présidente de la COP21 , Ségolène Royal s’est déplacée à New York, le 21 septembre, pour participer à la 71ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Elle a participé à la séance sur l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris en présence de Ban Ki-moon.


Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a convoqué une « réunion spéciale de haut niveau, le 21 septembre, sur l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur les changements climatiques » au siège de l’ONU à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. L’occasion pour de nombreux pays de confirmer formellement leur adhésion à l’Accord de Paris.


29 pays avaient déjà déposé leurs instruments de ratification dont la Chine et les États-Unis dans une déclaration conjointe, le 3 septembre 2016, en marge du G20. L’accord conclu à Paris, le 12 décembre 2015, ambitionne de contenir le réchauffement climatique sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel. Pour entrer en vigueur, il doit être ratifié par 55 pays, qui doivent totaliser 55% des émissions de gaz à effet de serre.


Bilan de l’avancée des ratifications

Plusieurs pays ont achevé leur processus national et avaient indiqué qu’ils déposeraient leur instrument de ratification à l’occasion de la réunion du 21 septembre parmi lesquels : l’Albanie, l’Argentine, le Bangladesh, le Brésil, les Émirats arabes unis, le Ghana, la Guinée, Madagascar, le Mali, le Maroc (qui organise la COP22 du 7 au 18 novembre), le Mexique, le Niger, Panama, Singapour et l’Ukraine. Ces Etats portent donc le nombre total de ratifications à 60 pays qui représentent 47,62% des émissions de gaz à effet de serre.

La France qui a ratifié l’Accord de Paris le 15 juin a présenté un document à l’ONU, le 21 septembre, indiquant qu’elle est "prête à déposer ses instruments de ratification" dans le cadre d’un dépôt coordonné au sein de l’Union européenne. Pour l’UE en effet, chaque État membre doit ratifier l’accord tandis qu’elle doit le faire en tant qu’Union. La ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et présidente de la COP21, Ségolène Royal, s’est dite optimiste lundi 19 septembre sur une entrée en vigueur de l’accord d’ici le début de la COP22 au Maroc le 7 novembre.

Crédits photo Une : MEEM.

Imprimer