Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Appel à projets pour le développement de 1 500 projets de méthanisation en 3 ans

9 septembre 2014 (mis à jour le 20 février 2015) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Le 4 septembre 2014, Ségolène Royal a annoncé le lancement d’un appel à projets pour le développement de 1 500 installations de méthanisation en 3 ans réparties dans les territoires ruraux. Le dispositif permet de mieux accompagner les porteurs de projets dans leurs démarches.


Lors de son discours prononcé en ouverture du Colloque national biomasse organisé par le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et par France Biomasse Énergie, la ministre a réaffirmé son souhait de développer la production d’énergie à partir de biomasse et développé 12 actions en faveur de la filière biomasse énergie.

Au travers de l’action 6, Ségolène Royal a confirmé sa volonté de soutenir et d’accélérer le développement de la méthanisation en lançant 1500 projets de méthanisation en trois ans répartis sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-Mer.
Cet appel à projets vise à identifier les porteurs de projets de méthanisation pour mieux les accompagner dans leurs démarches sur la phase amont du projet. Cet appel à projets s’adresse aussi bien à des porteurs de projet du monde agricole, de l’industrie ou de l’agroalimentaire qu’à des collectivités territoriales.

En fonction des besoins identifiés, les porteurs de projets seront mis en relation avec les services compétents de l’Etat, de l’Ademe ou des gestionnaires de réseaux.

Les agriculteurs, industriels et collectivités territoriales retenus pourront bénéficier de
différentes aides en fonction de leur projet.

  • Une aide financière pour réaliser une étude de faisabilité de l’Ademe.
  • Une aide au diagnostic territorial de l’Ademe.
  • Un accompagnement des services de l’État pour la réalisation de leur projet par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) ou la direction départementale des territoires (DDT).
  • Un engagement sur les délais d’autorisation et de raccordement.
  • Un soutien à l’investissement

Accéder au formulaire de demande d’informations

L’appel à projet sera clôturé le 4 septembre 2017.

La filière Biomasse Énergie représente aujourd’hui environ 60% de la production d’énergie finale renouvelable en France. Hors biocarburants, ce pourcentage reste très conséquent, de l’ordre de 50%.

 Ils l’ont fait, pourquoi pas vous ?

Produire du biogaz grâce à une unité de méthanisation valorisant les déjections animales et les résidus végétaux (Chaumes-en-Brie, 77)

La ferme d’Arcy est une exploitation agricole située à Chaumes-en-Brie et comprenant 280 hectares de cultures céréalières (blé, orge, colza, maïs, betteraves), 100 hectares de prairies et un élevage bovin de 500 animaux (des mères et des veaux de race Limousine). En 2009, les gérants de la ferme créent la SAS Bioénergie de la Brie destinée à construire une unité de méthanisation permettant de valoriser les déjections animales et les résidus végétaux afin de produire du biogaz.
Il s’agit ainsi d’une unité qui permet une valorisation énergétique et une valorisation organique des déchets. L’installation d’injection a été mise en service en août 2013.
L’unité réalisée est la première en France à injecter directement dans le réseau de gaz naturel un biométhane issu de la méthanisation de déchets agricoles.
Grâce à ce dispositif, 12 500 tonnes de matière sont traitées par an. L’unité génère chaque année 10 500 tonnes de digestat et 10 100 MWh de biogaz.
 

Méthanisation de lisiers de porcs pour chauffer des serres horticoles à Maché (85)

Le Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) « La Vallée de la Vie » est une exploitation agricole comprenant un atelier de fleurs coupées avec 2 hectares de serres chauffées, un élevage de 495 truies et 262 hectares de cultures destinées à l’alimentation des animaux (dont 111 hectares de céréales et 105 hectares de maïs).
Soucieux de maîtriser ses dépenses énergétiques dans un contexte de volatilité des prix des énergies fossiles, et désireux de limiter ses impacts sur l’environnement, le GAEC a décidé en 2009 d’installer une unité de méthanisation à la ferme permettant de valoriser le lisier produit par l’élevage de porcs en biogaz pour chauffer les serres horticoles et de vendre de l’électricité sur le réseau. Une fois filtré et épuré, le biogaz alimente un moteur de co-génération d’une puissance de 480 kWe qui produit à la fois de l’électricité (environ 3 700 MWh par an vendus à EDF et injectés sur le réseau) et de la chaleur (environ 4 300 MWh par an). La chaleur est acheminée vers les serres horticoles via un réseau de chaleur long de 1,8 km.

Imprimer