Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

AtmoTrack est un service permettant de surveiller la qualité de l’air en temps réel

3 août 2016 (mis à jour le 22 juillet 2016) - Développement durable
Imprimer

AtmoTrack donne également la possibilité aux municipalités et aux villes d’agir sur la pollution de l’air.


AtmoTrack est un service permettant de surveiller la qualité de l’air en temps réel, tout en conseillant les bonnes pratiques à suivre. Tout un chacun peut, via une application, connaître le niveau de pollution de l’air dans lequel il vit. Des initiatives locales peuvent ainsi être entreprises afin d’améliorer notre qualité de vie.

AtmoTrack donne également la possibilité aux municipalités et aux villes d’agir sur la pollution de l’air. En leur proposant des études d’analyse de la pollution de l’air, AtmoTrack est capable de leur donner les informations et a compréhension nécessaires pour agir. Il sera ainsi plus facile de maximiser l’efficacité des aménagements urbains s’inscrivant dans la croissance verte et d’en mesurer la performance.

AtmoTrack, dans le secteur clé santé et environnement, est l’une des 37 startups lauréates de l’appel à projets jeunes pousses de la greentech verte.

AtmoTrack

La genèse du projet

Le projet AtmoTrack trouve ses origines en Chine, dans le makerspace XinCheJian, où Valentin Gauffre, co-fondateur de 42 Factory, prototypait dès 2013, les premiers concepts d’objets connectés qui permettraient à chacun de mesurer la qualité de son environnement, en intérieur comme en extérieur. Rejoint deux ans plus tard par Romain Scimia, ils créent leur entreprise en France en Mars 2015. Après un an de développement d’objets connectés pour de grands comptes, de recherche et développement interne, 42 Factory annonce la mise en place d’AtmoTrack, le premier service au monde à pouvoir quantifier, représenter et conseiller les citoyens sur la qualité de leur environnement.

L’équipe

L'équipeValentin Gauffre, président, designer industriel ayant 4 ans d’expériences professionnelles en Asie, Valentin a pu participer à la création du premier Hackerspace Chinois. Au sein de cet établissement d’échanges et de travail, il a pris goût au développement électronique. Il rejoint plus tard la France, sous l’impulsion du groupe Atol, ayant repéré son travail sur des lunettes connectées. Après 3 ans de recherche et développement, il décida de créer sa propre entreprise, avec son ami d’enfance Romain Scimia.

Romain Scimia, directeur général, ingénieur informatique issu de l’Enseirb-Matmeca, Romain a œuvré dans de nombreux domaines comme les sciences cognitives, l’intelligence artificielle et le développement d’application mobile. C’est sur ce dernier domaine qu’il a été amené à travailler avec Valentin pour le groupe Atol. C’est ensuite naturellement qu’il a mis ses compétences au service du développement durable en co-créant 42 Factory.
 

 

Imprimer

Voir aussi