Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

B- Travaux de Restauration de milieux naturels

24 avril 2012 (mis à jour le 14 mai 2013) - Eau et biodiversité
Imprimer

Les aires protégées constituent un élément important du maillage écologique du territoire, souvent réservoirs de biodiversité mais aussi corridors écologiques. Elles sont devenues en quelques décennies des territoires de très forts enjeux d’interface nature/société car elles constituent un socle important d’activités, voire d’identités, territoriales. Les pratiques de conservation de la biodiversité ne peuvent désormais plus s’extraire des contextes sociétaux : trop souvent perçues comme facteurs de contraintes supplémentaires, les aires protégées peuvent aussi être des vecteurs de « croissance verte ». Conduire des opérations exemplaires de restauration des milieux naturels est la démarche la plus à même de faire évoluer les représentations collectives et de les inscrire dans une gestion patrimoniale « intégrée » et donc de développement durable « territorialisé ».
C’est la raison pour laquelle le présent appel à projets permettra d’apporter un concours financier à des investissements ayant pour finalité la restauration de milieux naturels dégradés nécessaires aux continuités écologiques, qui conjuguent génie écologique et implication des acteurs du territoire.

Les projets éligibles se situent en métropole ou dans les départements et territoires d’outre mer dans les aires protégées dont la liste est dans le cahier des charges ci-dessous.

Tous les milieux sont concernés. Par contre, les projets de restauration de milieux aquatiques (cours d’eau, zones humides, plans d’eau...) en métropole, éligibles à des aides des Agences de l’eau, ne sont pas concernés par cet appel à projets.

En dehors d’aires protégées et dans les départements et territoires d’outre-mer, les projets sont éligibles quand ils visent la restauration de zones humides dégradées.

Date limite de dépôt des dossiers : 22 juin 2012
Date de sélection des projets retenus : septembre
Montant maximal par projet : 80% de subvention par l’Etat, plafonné à 300 000 euros par projets.

 Appel clôturé le 22 juin 2012

 

Imprimer