Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Bruxelles – Conseil Environnement du 4 mars 2016 : Texte de Ségolène Royal, Présidente de la COP

4 mars 2016 - COP 21
Imprimer

L’Union européenne a joué un rôle fondamental pour parvenir au résultat ambitieux de la COP21.


Elle a su bâtir des alliances et parler d’une seule voix. Nous devons maintenant entretenir la dynamique de l’ambition dans la phase cruciale de mise en œuvre des résultats de Paris.
En tant que Présidente de la COP21, je souhaite vous remercier une nouvelle fois et faire passer quatre messages, les quatre preuves de réussite.

1/ Concrétiser la signature et la ratification de l’accord de Paris
Le premier marqueur de notre crédibilité et de notre réussite sera la cérémonie de signature à New York le 22 avril à l’invitation de Ban Ki-moon qui a convié tous les chefs d’Etat et de gouvernement et qui attend beaucoup de la mobilisation de l’Europe.

Pour la France, j’ai engagé la procédure nationale de ratification et je présenterai le projet de loi au Conseil des Ministres le mercredi 9 mars, avec l’objectif d’achever nos procédures cet été. Ce serait un beau symbole que toutes les procédures de ratification soient engagées en mars, pour l’annoncer à New York. Car nous devrons être en mesure de déposer, tous ensemble, et dès que possible, nos instruments de ratification conjointement avec celui de l’Union européenne.
L’Europe a été forte et ambitieuse à la CoP. Nous devons maintenir ce mouvement et marquer une volonté politique.

2/ Prendre des décisions efficaces sans délai.
Nous devons agir au niveau européen et dans chaque pays pour appliquer les décisions du Conseil européen d’octobre 2014. La communauté internationale a inclus dans l’accord de Paris l’objectif de limiter l’élévation de la température à 1,5 °C. Il faut donc que nos actions soient en adéquation avec cet objectif. La révision de la directive ETS doit en tenir compte. Nous nous sommes engagés à réaliser « au moins 40% » de réduction des émissions de gaz à effets de serre.

Le Conseil européen des 17 et 18 mars met à son ordre du jour la CoP21. Le président de la République française mobilisera ses homologues. La société civile et les pays partenaires sont en attente du leadership européen sur l’ambition climatique, d’une indication claire sur le calendrier de l’adoption de l’Accord de Paris. L’Europe, qui subit beaucoup d’épreuves, a sur la question du climat une opportunité de montrer sa force et son unité. C’est d’autant plus motivant que l’on sait maintenant que ce qui est bon pour le climat est bon pour les entreprises et pour l’emploi.

Je remercie la Commission d’avoir déjà mis sa proposition de réforme du marché du carbone (ETS) sur la table et la présidence néerlandaise d’avoir engagé sans tarder la négociation. La Commission doit présenter le plus rapidement possible toutes les autres propositions sur nos efforts de réductions des émissions, aussi bien dans les secteurs hors marché carbone (bâtiment, transport, agriculture) qu’avec l’Union de l’Energie (directives énergies renouvelables, efficacité énergétique, performance énergétique des bâtiments, etc.). Dans tous ces domaines, c’est l’Europe de la politique par la preuve qui est attendue.

L’Europe doit agir pour faire aboutir les négociations sur les émissions du transport maritime et aérien, à l’OMI et à l’OACI. Les travaux sur les gaz réfrigérants HFC, dans le cadre du Protocole de Montréal, devront aussi avancer.

3/ Mettre l’Europe à la pointe de la coalition prix du carbone lancée à la CoP21

Le 22 avril à New York, comme je l’ai souhaité en tant que présidente de la CoP, le panel de haut niveau sur le prix du carbone sera réuni par la Banque mondiale.

Au plan européen, des propositions sont sur la table, notamment la création d’un corridor de prix carbone européen, afin de favoriser les investissements industriels bas-carbone et de réduire le coût du soutien aux énergies renouvelables. Il faut également lutter contre les délocalisations d’entreprises, et avec elles, des émissions (fuites de carbone), tout en s’assurant que les quotas gratuits sont réservés aux secteurs les plus performants et les plus exposés.

4/ Faire monter en puissance l’agenda des solutions

A New York, il ne s’agira pas que de l’accord de Paris. L’Europe devra à nouveau montrer qu’elle est une force motrice pour l’agenda des solutions.  70 coalitions ont été constituées lors de la conférence de Paris, intégrant les Etats, les villes et les territoires, les entreprises, les ONG, les citoyens. Ces coalitions sont regroupées autour de 12 thèmes de l’Action Day. Je souhaite que l’après-midi du 22 avril soit une journée de l’action : eau, forêts, l’agriculture, les énergies renouvelables, la résilience, les océans, les bâtiments, les transports, la ville durable, le prix du carbone, la coalition recherche et innovation.

Avec près de 15 milliards d’euros l’an dernier, l’Europe est le premier bailleur mondial de finance climat. Nous sommes très attendus sur la poursuite de cet engagement. Notre aide au développement a un rôle de premier plan à jouer, en particulier pour accompagner les Etats vulnérables et pour aider à la mise en œuvre des « INDC ». Nous avons le devoir de veiller à l’articulation du climat et des ODD. Je pense en particulier à l’Afrique et à l’initiative sur les renouvelables qui est une de mes priorités comme présidente de la CoP, car agir pour la justice climatique, c’est aussi agir pour la stabilité en diminuant les migrations climatiques grâce à l’accès au développement et à la sécurité alimentaire, et sanitaire.

Nous devons appuyer le déploiement des renouvelables pour l’Afrique, d’où je reviens, afin de concrétiser les engagements financiers pris à Paris en faveur des 10GW de renouvelables supplémentaires en 2020. Tout comme la dynamique sur l’eau, prioritaire pour le Maroc en 2016. Nous devons aussi renforcer nos soutiens à l’innovation, comme plusieurs d’entre nous s’y sont engagés lors de la COP, ainsi que la mobilisation des financements privés.

Certains domaines méritent d'être mieux pris en charge, comme l'efficacité énergétique. L'UE devrait être leader sur ce sujet et encourager, y compris financièrement, les coalitions qui proposent des actions concrètes en matière de bâtiment, d'appareils électriques, d'éclairage ou de réseaux de chaleur.

Enfin des domaines ne sont pas encore couverts: je pense aux déchets et à l'économie circulaire, ou à la mobilisation citoyenne, domaines où l'Europe est en avance.     Enfin, il est essentiel de continuer à encourager toutes les entreprises, les banques, les territoires à s'engager sur l'action climatique.

Télécharger le document (PDF - 90 Ko)

 

Imprimer