Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

COP21 - FOCUS DAY BATIMENTS Ségolène Royal annonce la création de l’alliance mondiale bâtiments et construction pour le Climat.

3 décembre 2015 - COP 21
Imprimer

A l’occasion de la journée dédiée aux bâtiments, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, chef de la délégation française, a lancé l’Alliance mondiale bâtiments et construction pour le Climat. Soutenue par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, elle a reçu l’adhésion de 20 États, représentant plus d’1,2 milliard d’habitants.


La création de l’Alliance mondiale pour les Bâtiments et la Construction (Global Alliance for Buildings and Construction) a fait l’objet d’une déclaration commune signée par plus de 70 personnalités représentant la filière.

Sont signataires :
- 20 pays : Autriche, Brésil, Cameroun, Canada, Finlande, France, Allemagne, États-Unis, Japon, Mexique, Maroc, Norvège, Sénégal, Singapour, Suède, Tunisie, Dubai, Ukraine, Arménie, Vietnam,

- 8 grands groupes : Lafarge Holcim, Saint Gobain, Velux, Consolidated Contractors Company, Danfoss, Veolia, Sekisui House, Suez Environnement,

- Plus de 50 organisations nationales et internationales, réseaux de professionnels ou financeurs.


L’Alliance permettra de :
- Réunir à large échelle les acteurs mondiaux du bâtiment au service d’une ambition commune et pérenniser cet élan pour faire en sorte qu’ils travaillent ensemble sur la durée ;
- Augmenter la part du bâtiment écologique dans les financements internationaux pour mettre en œuvre de nouvelles initiatives et augmenter la visibilité des initiatives exemplaires ;
- Rassembler autour d’un programme d’actions opérationnel des réseaux et des partenaires stratégiques, représentant l’ensemble des acteurs de la chaîne de production du bâtiment ;
- Faire connaître les initiatives de l’ensemble des membres et plus généralement les solutions pour les rendre reproductibles et appropriables ;
- Mettre en réseau les autorités publiques en charge de la construction, pour faire converger les réglementations et les financements, vers des stratégies bas-carbone.

Outre son implication dans l’organisation du premier Buildings day et son investissement dès l’origine dans la mise en place opérationnelle de l’Alliance, la France soutient plusieurs actions spécifiques :
- Une initiative sur l’Architecture tropicale, soutenue par l’Ademe, pour produire un cadre méthodologique sur la conception bioclimatique et le confort thermique pour les zones tropicales, une réglementation thermique dans 20 pays et/ou régions, et la construction de 100 bâtiments exemplaires, reproductibles et fonctionnels ;
- Un projet de fonds mondial pour le bâtiment durable « eco-building » dont l’étude de faisabilité est financée par l’Agence française de développement et le Fonds français pour l’environnement mondial ;
- Une initiative pour des maisons durables et abordables (« sustainable and affordable housing ») en lien avec UN habitat ;
- Un programme en faveur des bâtiments basse-consommation dans les métropoles, le «  Building Efficiency SE4All Accelerator ».


Les bâtiments représentent un tiers des émissions de gaz à effet de serre et sont exposés aux effets du changement climatique. La surface construite dans le monde va presque doubler d’ici 2050. Ils constituent donc un secteur prioritaire pour l’action. Les immenses besoins des pays en développement rendent ce sujet décisif pour l’avenir.


La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe l’objectif de réaliser 500 000 rénovations de logements par an, avec une priorité au traitement de la précarité énergétique. Elle renforce les performances énergétiques des nouvelles constructions.
Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) permet un remboursement de 30 % du montant des travaux de rénovation énergétique, dans la limite de 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple. Le maire peut accorder des dérogations aux règles d’urbanisme qui feraient obstacle aux travaux d’isolation des bâtiments.
Les nouvelles constructions publiques seront exemplaires sur le plan énergétique et environnemental. Les documents d’urbanisme pourront imposer que les nouvelles constructions intègrent des énergies renouvelables. Il devient obligatoire de profiter de la réalisation de travaux importants pour améliorer la performance énergétique de tous les bâtiments.



Télécharger le communiqué (PDF - 142 Ko)

Contact presse : 01 40 81 78 31 / @ecologiEnergie
 

Imprimer