Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

COP21 – Ségolène Royal signe le pacte de paris sur l’eau et l’adaptation au changement climatique dans les bassins des fleuves, des lacs et des aquifères qui engage 280 partenaires

2 décembre 2015 - COP 21
Imprimer

Ségolène Royal a ouvert ce matin avec son homologue péruvien, M. Pulgar Vidal la COP21 la session « Résilience », thématique qui désigne notre capacité à absorber, et à nous adapter à la modification de notre environnement.


Pour la première fois dans l'histoire d'une COP, les enjeux de l'eau se sont trouvés pleinement pris en compte. La France a mobilisé des acteurs de tous les niveaux pour qu’ils prennent des engagements pour l’eau et l’adaptation au changement climatique (les organismes de bassin, les villes, secteur privé, les institutions de financement, la société civile et les jeunes).

Le Pacte de Paris sur l’eau et l’adaptation dans les bassins des fleuves, des lacs et des aquifères fait partie des engagements concrets de la COP21. Porté par le Réseau international des Organismes de Bassin (INBO/RIOB), ce pacte a permis une large mobilisation des organismes de bassin, avec l’objectif de renforcer leurs anticipations et leurs actions d’adaptation. Il s'appuie aussi sur une large communauté d’acteurs engagés, de représentants de la société civile, de bailleurs, et de réseaux disposés à apporter leur aide à cette démarche. Le pacte lance des coopérations autour de projets régionaux stratégiques, au sein desquels des pays unissent leurs forces pour aborder l’enjeu des ressources transfrontalières.

Enfin, d'un point de vue scientifique, tous les mécanismes des relations climat-océans ne sont pas connus. Pour mieux anticiper les enjeux de résilience, de nouvelles alliances sont donc créées par la communauté scientifique, pour renforcer les connaissances et l’aide à la décision.

 Télécharger le communiqué (PDF - 99 Ko)

Imprimer