Votre énergie pour la France } Chlordécone - Ministère du Développement durable Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Lutte contre les contaminations environnementales

Le deuxième plan national santé environnement traite de pollutions et contaminations environnementales, de très grande ampleur et d’origine très diverses : naturelle (amiante) ou anthropique (PCB, chlordécone).


30 novembre 2011 - Prévention des risques
Imprimer

Sommaire :


Chlordécone

9 décembre 2009 (mis à jour le 14 décembre 2012)

La chlordécone est une molécule chimique qui a été jusqu’en 1993 utilisée pour lutter contre le charançon du bananier. Vu la forte persistence de cette molécule dans les sols, la pollution par la chlordécone constitue, par son ampleur et sa persistance dans le temps, un enjeu sanitaire, environnemental, agricole, économique et social important pour les Antilles.



Cette thématique mobilise l’Etat et ses opérateurs, au niveau national et local, depuis 1999. Elle a été inscrite comme une des priorités du PNSE en 2004 et l’action de l’Etat s’est renforcée en 2007, grâce à la mise en place d’un plan interministériel 2008-2010. Ce plan a mobilisé plus de trente trois millions d’euros de crédits d’Etat, des collectivités locales et de l’Union européenne, et a permis des avancées importantes. Un bilan 2008-2010 par action est en ligne sur le site du ministère de la santé ainsi que sur le site http://www.chlordecone-infos.fr.

Les mesures de prévention et les contrôles mis en œuvre ont permis de garantir la qualité des eaux de distribution publique et des aliments mis sur le marché. Pour les personnes qui consomment les produits de leur jardin et habitent dans les zones d’utilisation de la chlordécone, le programme JAFA (Jardins familiaux) a proposé un diagnostic du sol et des solutions pour continuer à bénéficier des produits du jardin sans risque vis-à-vis de cette molécule.

Le deuxième plan d’action contre la pollution par la chlordécone en Guadeloupe et en Martinique (2011-2013) a été présenté en Conseil des ministres le 10 mars 2011. S’inscrivant dans la continuité du premier plan, il comprend quatre objectifs :
1. approfondir l’état des connaissances des milieux, et rechercher et expérimenter des techniques de remédiation de la pollution ;
2. consolider le dispositif de surveillance de l’état de santé des populations, et approfondir la connaissance des effets sur la santé ;
3. poursuivre la réduction de l’exposition des populations, en assurant la qualité de la production alimentaire locale et soutenant les professionnels impactés ;
4. gérer les milieux contaminés et assurer une bonne information de la population.

Une étude sur les possibilités de traitement du chlordécone dans le sol, notamment au niveau des aires d’alimentation des captages d’eau a été réalisée par le BRGM en 2008 pour le compte du MEDDTL/DGPR. Les résultats de cette étude faisaient notamment ressortir des résultats prometteurs pour la bioremédiation couplée ou non avec la réduction chimique ; cependant, le rapport concluait sur le manque de retour d’expérience sur cette méthode de traitements pour la chlordécone dans des contextes de type antillais. Une deuxième étude a donc été confiée au BRGM en vue notamment de tester/valider des procédés commerciaux identifiés, de manière à fournir une analyse indiscutable sur les possibilités de satisfaire aux besoins opérationnels par la mise en œuvre de ces procédés.

Imprimer