Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Année 2015

22 décembre 2015 - Eau et biodiversité
Imprimer

Sommaire :


Classement des trois sites de la vallée de la Vézère et sa confluence avec les Beunes, de la Ferrassie et de la grotte de Rouffignac (département de la Dordogne)

22 décembre 2015 (mis à jour le 28 décembre 2015)

Par décret du 11 décembre 2015 ont été classés, parmi les sites du département de la Dordogne, les trois sites de la vallée de la Vézère et sa confluence avec les Beunes, de la Ferrassie et de la grotte de Rouffignac.



Superficie : 11 500 hectares environ
Critère de classement : historique, pittoresque et scientifique.

Par décret du 11 décembre 2015 publié au Journal Officiel du 13 décembre 2015, ont été classés parmi les sites du département de la Dordogne trois sites : le site de la vallée de la Vézère et sa confluence avec les Beunes sur les communes de Audrix, Le Bugue, Campagne, Les-Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Fleurac, Manaurie, Marquay, Meyrals, Montignac, Peyzac-le-Moustier, Plazac, Saint-André-d’Allas, Saint-Cirq, Saint-Léon-sur-Vézère, Sergeac, Thonac, Tursac, Valojoulx, le site de la Ferrassie sur le territoire des communes du Bugue et de Savignac-de-Miremont, et le site de la grotte de Rouffignac sur le territoire des communes de Fleurac et de Rouffignac-Saint-Cernin

Depuis des millénaires, l’homme a trouvé sur le territoire de la vallée de la Vézère les conditions propices à son installation. Il y a laissé de nombreux témoignages à l’origine de l’émergence et du développement de la Préhistoire en tant que science archéologique. Quinze sites préhistoriques et grottes ornées ont été reconnus par une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 1979.

Le plus connu est sans conteste celui de la grotte de Lascaux et ses émouvantes peintures rupestres. Cette richesse fantastique est cependant invisible à l’œil d’un visiteur non averti. En revanche, l’image que nous avons de l’homme préhistorique de nos manuels scolaires est inséparable des abris sous roche et des pieds de falaises en encorbellement dont les spécimens les plus remarquables se retrouvent dans ce territoire.

Au fur et à mesure de leur découverte, les différents gisements préhistoriques, grottes, abris, et sites d’occupation avaient fait l’objet de protections plus ou moins ponctuelles.

Les présents classements au titre de la loi de 1930 visent à reconnaître la valeur exceptionnelle de ce grand paysage et à lui donner un cadre large et cohérent de protection.

Crédit photos : DREAL Poitou-Charente/T.Degen

Imprimer