Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Climat, santé, inégalités : quelles solutions futures ?

22 juin 2015 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Le Colloque « Climat, santé, inégalités : quelles solutions ? » s’est tenu les 18 et 19 juin à Paris. Organisé par le ministère de la Santé dans le cadre de l’agenda des solutions de la COP21, il rassemblait chercheurs, représentants de la société civile, élus et organisations internationales pour échanger sur les défis à relever pour préserver la santé et les conditions de vie, et lutter contre les inégalités face au changement climatique.


Le changement climatique aggravera certains risques sanitaires existants. On connaît les conséquences des événements extrêmes (vagues de chaleur, inondations …) pour les sociétés et celles de la dégradation générale de l’environnement, qui favorise la pollution de l’air et des eaux, l’insécurité alimentaire ou encore la survenue de maladies vectorielles. Il existe de nombreuses inégalités face au changement climatique, qui appellent une action ciblée sur les populations vulnérables.

Durant deux jours de conférences, les participants de ce colloque ont pris part au débat sur les grandes questions de santé et d’inégalité dues au changement climatique. Durant le premier jour de conférence, les échanges ont permis de dresser un bilan des connaissances des relations entre environnement, inégalité et santé ainsi que d’identifier les besoins de recherche. Lors du deuxième jour, des pistes pour favoriser des actions d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, bénéfiques pour la santé des populations ont été présentées.

Retrouvez le programme complet et les documents préparatoires de la conférence.


Impacts de la pollution de l’air sur la santé : Quelques chiffres

La pollution constitue un danger immédiat pour la santé, mais a également un effet qui s’amplifie au fil des années, même pour des niveaux faibles. Elle constitue donc une atteinte à notre qualité de vie et à notre santé.
C’est l’une des première cause de décès par cancer selon l’OMS.
Selon les chiffres du SOeS, en 1996, le nombre de décès attribuables aux particules PM10 (dont le diamètre est inférieur à 10 microns) s’élevait à 32 000, dont 55 % imputables au trafic routier. Ce nombre est encore plus élevé pour les particules fines (diamètre inférieur à 2,5 microns), il s’élevait à 42 000 en 2000.
Par ailleurs, depuis les années 2000, les allergies dues aux pollens touchent 10 à 15% de la population globale. On admet aujourd’hui que plus de 20 % des Français sont allergiques aux pollens. La prévalence de la rhinite allergique chez les adultes jeunes en région parisienne est même passée de 3,8 % en 1968 à 30,8 % en 1992.
La pollution de l’air a également un impact économique non négligeable. Le coût des maladies respiratoires pour le système de soin se situe entre 0,8 et 1,7 milliard d’euros par an.

Imprimer