Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Conférence Rio+20 : ce qu’il faut retenir

26 juin 2012 (mis à jour le 29 août 2012)
Imprimer

La conférence Rio+20 s’est achevée vendredi 22 juin avec l’adoption par consensus d’un texte intitulé « L’avenir que nous voulons ».


 Photo d'ambiance Rio+20. Crédits photo : Laurent Mignaux/MEDDE

 A travers les 283 articles du texte  « The Future We Want » (document en anglais) ou "L’Avenir que nous Voulons" - Traduction de courtoisie proposée par l’ONU (format pdf - 267.6 ko) , 188 États représentés s’engagent sur le chemin d’une économie verte qui doit « contribuer à l’élimination de la pauvreté et à la croissance économique durable, améliorer l’intégration sociale et le bien-être de l’humanité, et créer des possibilités d’emploi et de travail décent pour tous, tout en préservant le bon fonctionnement des écosystèmes de la planète. »

Dans son discours lors de la conférence devant l’Assemblée générale des Nations unies, François Hollande a salué « les résultats appréciables » de l’action des États, tout en regrettant que ceux-ci soient « en-dessous de nos responsabilités et de nos attentes » notamment concernant le projet de création d’une Organisation mondiale de l’environnement. Il a par ailleurs présenté les engagements de la France en invitant l’ensemble des États à lutter contre la crise écologique.

Les principaux engagements de la conférence

Au-delà des déclarations, encouragements ou renouvellement d’engagements passés, le texte comporte un certain nombre d’engagements nouveaux en faveur du développement durable :

  • Objectifs du développement durable (ODD) (article 248)
    Lancement d’un processus intergouvernemental ouvert aux parties prenantes pour élaborer des objectifs de développement durable mondiaux à adopter lors d’un session ultérieure de l’AGNU (Assemblée générale des Nations unies) ; première étape lors de la 67ème session de l’AGNU (septembre 2012) par l’établissement d’un groupe de travail ouvert, qui remettra un rapport à la 68ème session de l’AGNU contenant des propositions d’ODD.
  • Gouvernance international de l’environnement (article 88)
    Renforcement du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE) en tant qu’autorité mondiale reconnue en matière d’environnement, qui arrête les mesures en faveur de l’environnement mondial, qui favorise de façon cohérente la concrétisation de la dimension environnementale du développement durable au sein du système des Nations Unies et qui est la voix autorisée des défenseurs de l’environnement mondial
  • Gouvernance mondiale du développement durable (article 84)
    Établissement d’un forum politique intergouvernemental de haut niveau pour remplacer la Commission de développement durable des Nations unies (CDD).
  • Renforcement du rôle de la société civile (article 84)
    Au sein du forum politique intergouvernemental de haut niveau qui est amené à remplacer la Commission de développement durable des Nations unies (CDD), il est prévu de renforcer le rôle consultatif et la participation des représentants de la société civile (accrédités auprès des Nations unies) au niveau international afin de mieux faire usage de leur expertise, tout en conservant le caractère intergouvernemental des débats.
  • Océans et mers (article 162)
    Engagement à traiter, d’ici la 69ème session de l’AGNU, la question de la biodiversité marine au-delà des zones de juridiction nationale, notamment en prenant une décision sur l’élaboration d’un instrument international sous les auspices de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.
  • Financement du développement durable (article 255)
    Lancement d’un processus intergouvernemental sous AGNU, en collaboration avec les institutions financières et autres parties prenantes, pour évaluer les besoins en financement, les moyens et outils existants afin d’élaborer une Stratégie de Financement du développement durable facilitant la mobilisation des ressources et leur bon usage ; le comité intergouvernemental créé devra rendre sa proposition d’ici 2014.
  • Indicateurs de développement durable (article 38)
    Lancement d’un programme de travail sur les mesures de progrès au-delà du produit intérieur brut (PIB) par la Commission statistique des Nations unies, en collaboration avec les autres entités des Nations unies et organisations pertinentes.
  • Consommation et production durables (article 226)
    Adoption du cadre décennal de programmes pour une consommation et une production durables (dit 10YFP pour "10 Year Framework of Programmes") pré-négocié lors de la dernière session de la Commission de développement durable des Nations unies (mai 2011) et lancement du processus lors de la prochaine (67ème) session de l’AGNU par la désignation d’un organe ONU-Etats Membres à définir.

En clôture du texte, l’article 283 propose l’ouverture par l’ONU d’un recueil des engagements volontaires pris par tous les acteurs, étatiques et non étatiques, pour mettre en œuvre des actions, programmes, stratégies de développement durable et d’éradication de la pauvreté. Créé pendant la conférence Rio+20, le registre reste ouvert pendant toute l’année 2012.

La conférence a été également marquée par une forte mobilisation de la société civile et des collectivités locales, en préparation et pendant la conférence, notamment à travers de nombreux side events et conférences.

Imprimer

Liens utiles

  • Pour en savoir plus (vidéos, photos, infographies, programme du Pavillon France... ) rendez-vous sur le site officiel de Rio+20 !