Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Création d’un secrétariat général à la préparation et à l’organisation de la 21e session de la conférence sur les changements climatiques

28 janvier 2015 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Laurent Fabius et Ségolène Royal ont présenté en conseil des ministres du 28 janvier une communication relative à la préparation de la conférence sur les changements climatiques qui se tiendra en décembre à Paris.


La conférence de Paris constitue une échéance cruciale : l’objectif assigné à cette conférence est d’aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, permettant de maintenir le réchauffement mondial en deçà du seuil de 2°C, conformément au rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), afin de limiter les dégâts humains et écologiques liés au dérèglement climatique dû à l’usage des énergies fossiles.

La préparation de la conférence Paris climat 2015

Au titre de la future présidence de la conférence, la France sera à l’écoute de tous les pays et de toutes les parties prenantes et œuvrera en faveur d’un accord pour tous. Elle travaillera en étroite coopération avec l’actuelle présidence péruvienne de la 20ème conférence des parties. Elle organisera plusieurs sessions de négociations informelles en complément du processus des Nations Unies et mènera de nombreuses consultations bilatérales.

La France s’attachera aussi à promouvoir dans la négociation multilatérale une « Alliance de Paris pour le climat » s’appuyant sur quatre volets : un accord juridique universel et applicable à tous ; des engagements nationaux portant notamment sur la maîtrise et la réduction des émissions ; un volet financier qui garantira la solidarité internationale envers les pays les plus vulnérables ; un « Agenda des solutions », qui vise notamment à mettre en œuvre les accélérateurs qui permettront, au-delà des objectifs contraignants, de garantir des progrès plus ambitieux.

Au plan national, la France s’est d’ores et déjà mobilisée pour être exemplaire dans la lutte contre le dérèglement climatique.

L’action de la France : le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte

Adopté à l’Assemblée nationale et actuellement en débat au Sénat, ainsi que les actions concrètes qui l’accompagnent dans les territoires et les entreprises avec les différents outils financiers dont le fonds de transition énergétique visent à l’excellence environnementale. Cette action déterminée de la France a déjà contribué à l’obtention d’un accord ambitieux au plan européen. Au-delà de la légitimité qu’elle procure dans les enceintes européennes et internationales, l’action de la France en matière de lutte contre le changement climatique participe du message de solidarité qu’elle porte dans le monde, les pays et peuples les plus vulnérables étant particulièrement exposés aux conséquences du réchauffement.
La conférence se tiendra au Bourget. Plus de quarante mille personnes y sont attendues. L’Etat et les collectivités locales concernées sont mobilisés pour mettre en place un site pour la conférence présentant des garanties absolues de sécurité, qui soit convivial, facile d’accès et respectueux des règles de développement durable. A proximité immédiate de l’espace de négociation réservé aux délégués des Etats parties et aux observateurs accrédités, est prévu un espace pour la société civile, incluant notamment les organisations non gouvernementales et les entreprises.

La mobilisation du Gouvernement

Sous l’autorité du Président de la République et du Premier ministre, le ministre des affaires étrangères et du développement international assumera la responsabilité globale de la négociation multilatérale, en assurant la présidence de la COP 21. La contribution de la France à la construction d’une position européenne ambitieuse est confiée à la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie qui, en tant que ministre chargée du climat, occupera le siège de la France dans les instances de discussion européennes et onusiennes.

La mobilisation de la société civile s’appuiera sur les initiatives proposées par la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie. Tous les autres ministres suivront les secteurs relevant de leur compétence, notamment le ministre des finances et des comptes publics s’agissant des questions de financement.

Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète assurera quant à lui les missions qui lui seront confiées au titre de la COP 21.

Sous l’autorité du ministre des affaires étrangères et du développement international et de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie une équipe interministérielle chargée de la négociation et de l’Agenda des solutions, a été constituée. Sa direction a été confiée à Mme Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique, représentante spéciale pour la conférence Paris Climat 2015. L’organisation matérielle et logistique de la conférence sera prise en charge par Pierre-Henri Guignard, qui coordonnera également les équipes en charge de la communication et de la société civile, sur le fondement du décret portant création du secrétariat général de la COP 21 délibéré lors de ce conseil des ministres.
 

Imprimer