Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Déplacement de Ségolène Royal au Botswana pour la COP21

17 août 2015 - Conférence Environnementale
Imprimer

Invitée par le Président du Botswana lors de son récent déplacement à Paris, Ségolène Royal a effectué une visite officielle dans ce pays dans le cadre d’une tournée en Afrique australe (Namibie, Zambie).


Ségolène Royal a entamé cette visite par une rencontre officielle avec de hautes personnalités du Botswana (ministre de l’Environnement, de la Vie sauvage et du Tourisme, Attorney general, Gouverneure de la Banque centrale du Botswana, Président de la Botswana Tourism Authority, Directeur de la Kalahari Conservation Society), qui ont exposé la politique du Botswana en matière de protection de l’environnement et de gestion durable de la biodiversité.

Le gouvernement du Botswana a ensuite invité Mme Ségolène Royal à observer les modes de gestion mis en place dans deux sites de protection de la biodiversité (delta de l’Okavango, Parc de Chobe). Le Botswana a fait le choix d’interdire la chasse des espèces menacées (fauves, éléphants, rhinocéros) et de promouvoir l’écotourisme. Le renforcement des moyens de lutte contre le braconnage a permis à ce pays d’enrayer ce fléau. Dans le parc de Chobe, qui abrite une importante population d’éléphants, la ministre a pu rencontrer les communautés villageoises qui vivent autour de la zone protégée. Les populations locales y co-détiennent une part importante des infrastructures hôtelières et développent des activités génératrices de revenus sur un mode coopératif, ce qui permet de créer des emplois et des revenus pour les habitants de la région. Mme Royal a également pu observer les techniques mises en place par le gouvernement du Botswana pour diversifier les lieux de vie de la faune sauvage (points d’eau artificiels alimentés par des pompes fonctionnant avec des panneaux solaires), afin de réduire la concentration de la faune autour de la rivière Chobe et les effets pervers qui y sont associés (consommation excessive du couvert forestier et désertification).

A Gaborone, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie a participé à une réunion du Business-Club Franco-Botswanais. Elle y a exposé les enjeux de la Conférence de Paris sur le Climat et invité l’ensemble des entreprises présentes à se mobiliser dans cette perspective. Elle a notamment invité les entreprises à faire des propositions d’investissement pouvant répondre aux attentes du gouvernement du Botswana, en matière de production d’énergies renouvelables, d’accès à l’eau potable, par exemple via le recyclage des eaux usées ou encore d’économies d’énergies ou de transports propres.
 
A l’issue d’une rencontre de travail avec le ministre botswanais de l’Environnement, de la Vie sauvage et du Tourisme, Mme Royal a annoncé le lancement d’un partenariat avec ce pays pour lutter contre le braconnage. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) coopèrera avec le ministère botswanais de l’Environnement, de la Vie sauvage et du Tourisme, pour échanger et renforcer les savoirs faire, par exemple dans la formation des gardes et les systèmes d’information mobilisés dans la lutte contre les trafiquants. Une première mission de l’ONCFS au Botswana aura lieu avant la fin de l’année 2015.

Ségolène Royal a également rappelé que la France souhaitait l’interdiction des importations des trophées et porterait au niveau européen le débat sur cette interdiction du commerce des trophées, afin de réduire les atteintes aux espèces menacées et protégées.

A l’occasion de son entretien avec Ségolène Royal, le président du Botswana Seretse Khama Ian Khama a remercié la France pour son engagement vers cette interdiction, qui constituait un encouragement pour les pays ayant décidé d’interdire la chasse d’espèces menacées sur leur territoire. Il était en effet utile de sensibiliser les populations des pays développés et émergents aux conséquences du braconnage, du commerce des trophées et des trafics dans les pays abritant une grande faune sauvage en danger.
 
En matière de production d’énergies renouvelables, la ministre a marqué la disponibilité de la France à apporter son savoir-faire, via ses entreprises, et à faire des propositions technologiques, industrielles et financières en réponse à l’appel à manifestation d’intérêt récemment publié par le Botswana. Le Président Khama a confirmé que son pays avait récemment autorisé le raccordement au réseau électrique de centrales solaires et qu’il espérait que de nombreuses entreprises privées répondraient à la demande formulée par son pays.
 
Concernant l’accès à l’eau potable, dans une région qui connaît une importante sécheresse, Ségolène Royal a annoncé que le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) travaillera sur l’évaluation et la gestion des ressources souterraines en eau, avec l’envoi d’une mission d’expertise avant le mois d’octobre 2015.


Enfin, l’Agence Française de Développement (AFD) étudiera le financement d’un projet d’accroissement de la ressource en eau potable dans la capitale Gaborone, via la réhabilitation des réseaux existants et le recyclage des eaux usées.

#VotreEnergie pour la France :
Agir ensemble pour la transition énergétique

En cette année d’engagement pour la cause climatique, l’exemplarité de la France passe par celle de ses territoires et de leurs forces vives. Vous souhaitez participer à ce mouvement ? Rendez-vous sur
www.votreenergiepourlafrance.fr :
- « 1 jour, 1 action » : à quelques mois de la COP21, découvrez les actions exemplaires engagées près de chez vous.
- Vous agissez sur le terrain ? Vous avez une idée à proposer ? #VotreEnergie, c’est aussi un espace participatif !
- Affichez votre engagement en téléchargeant
#1Planète, emblème de la mobilisation citoyenne pour le climat.

 


Télécharger le compte-rendu du déplacement (PDF - 100 Ko)

 

Imprimer