Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Des actions pour la protection de la santé des enfants

19 février 2016 (mis à jour le 4 mars 2016) - Prévention des risques
Imprimer

Vendredi 19 février, à l’occasion d’un déplacement à l’Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (INERIS) Ségolène Royal a rappelé la nécessité de protéger la qualité de l’air intérieur des crèches et écoles de nos enfants, et de lutter contre le danger que représentent certaines substances chimiques présentes dans les produits d’hygiène utilisés pour les bébés.


Améliorer la qualité de l’air intérieur et réduire l’exposition de nos enfants aux polluants

Pour mieux lutter contre les dangers d’un air pollué et des substances chimiques présentes dans les produits d’hygiène du quotidien, Ségolène Royal :

  • met gratuitement à disposition des territoires à énergie positive pour la croissance verte, 1 000 kits de mesure de la qualité de l’air intérieur pour les écoles et les crèches. Cette démarche encourage les territoires à prendre en compte la qualité de leur environnement, en particulier pour les personnes les plus sensibles. En savoir plus sur « l’opération 1000 kits » ;
  • soutient l’interdiction de la "méthylisothiazolinone" (MIT) pour les produits cosmétiques non rincés, soit destinés à rester sur la peau comme les lingettes pour bébé, ainsi qu’une forte diminution de la dose autorisée pour les autres produits cosmétiques, comme le recommande l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) ;
  • demande à l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) d’accélérer le processus d’harmonisation de la classification pour la MIT afin que l’ensemble des autres usages de cette substance soient soumis aux mêmes doses limites ;
  • demandera au Commissaire européen à la santé, qu’elle rencontre le 3 mars prochain, une révision rapide des exigences européennes dans le cadre du règlement "Cosmétique", ainsi que pour une révision de la classification pour la MIT.

La ministre a également annoncé la signature prochaine d’un décret permettant de prendre des mesures contre l’épandage des pesticides près des lieux sensibles comme les crèches et les écoles.

L’INERIS, acteur clé dans la prévention des risques et le maintien de la qualité de l’air

Lors de sa visite, Ségolène Royal a encouragé l’INERIS dans la poursuite de ses recherches en toxicologie et écotoxicologie, et notamment sur les perturbateurs endocriniens. Elle a également assisté à la démonstration d’un « boil-over », plateforme de simulation par le feu pour mieux détecter des zones potentiellement dangereuses, et visité les mésocosmes, dispositif utilisé pour étudier les effets de divers polluants sur les organismes et milieux aquatiques.

Qu’est-ce que l’INERIS ?

Créé en 1990, l’INERIS, Institut National de l’Environnement industriel et des risques, est un établissement public placé sous la tutelle du ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Il a pour mission de réaliser ou faire réaliser des études et des recherches permettant de prévenir les risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens ainsi que sur l’environnement, et de fournir toute prestation destinée à faciliter l’adaptation des pouvoirs publics, des entreprises et des collectivités à cet objectif. Visiter le site web de l’INERIS
 

 

 

 

 

Imprimer