Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Des avancées majeures pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris

30 septembre 2016 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

A la suite de son déplacement aux Etats-Unis en septembre 2016, Ségolène Royal, présidente de la COP21, souligne des avancées majeures pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris et l’accélération des coalitions lancées lors de la COP21.

 -


Conférence « Our Ocean » - Washington, 16 septembre 2016

  • A l’occasion de la conférence « Our Ocean » organisée par le Secrétaire d’Etat américain John Kerry les 15 et 16 septembre 2016, Ségolène Royal a présenté de nouvelles initiatives pour la protection de l’océan à l’échelle nationale :
  • Création de nouvelles aires marines protégées : extension  de  la réserve  marine  des  terres  australes françaises, et création d’une aire marine protégée autour de l’île de Clipperton, dans le Pacifique, qui porteront à plus de 21 % la part des eaux sous juridiction française qui sont protégées, alors que ce taux s’élevait à seulement 4 % en 2014 ;
  • Plan national pour la protection et la reconstruction des coraux et des mangroves ;
  • Conciliation entre navigation et protection de la biodiversité marine.
     

La Présidente de la COP21 a aussi rappelé souligné les actions engagées pour placer l’océan au cœur des négociations internationales : lancement d’une coalition des pays s’engageant pour l’interdiction des sacs plastiques à usage unique, coalition contre l’acidification de l’Océan, élaboration d’un rapport spécial du GIEC, travaux de l’Organisation maritime internationale sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre du transport maritime internationale, protection des zones polaires…

Retrouvez en ligne l’ensemble des actions présentées par la Présidente de la COP21

Mobilisation pour l’application de la COP21

En marge de la conférence « Our Ocean » à Washington, Ségolène Royal s’est entretenue avec Khaled Fahmy, ministre égyptien de l’Environnement, pour préparer la présentation du rapport « Initiative africaine pour les énergies renouvelables ».
La Présidente de la COP21 a  également rencontré Peter Garrett, ministre australien de l’Environnement, pour faire un point sur l’avancement de la ratification de l’Accord de Paris par l’Australie et faire un point sur les coalitions lancées lors de la COP21, notamment l’initiative pour l’interdiction des sacs plastique à usage unique.

A l’issue de son intervention lors de la conférence « Our Ocean », Ségolène Royal s’est adressée aux étudiants de l’université de Georgetown pour leur présenter les actions engagées en France et à l’international en faveur de l’océan, et mobiliser la jeunesse dans la lutte contre le changement climatique et la dégradation de l’Océan.

Réunion de haut-niveau sur la Méditerranée - Washington, 15 septembre 2016



Ségolène Royal a organisé à la Résidence de France de Washington une réunion ministérielle sur le plan Méditerranée pour une croissance bleue, qu'elle a lancé le 27 juin dernier, en présence de Karmenu Vella, Commissaire européen aux affaires maritimes et de 11 pays du pourtour méditerranéen (Chypre, Egypte, France, Grèce, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Autorité palestinienne, Tunisie, Turquie).

L’objectif est de réduire les pollutions, de structurer les infrastructures d’assainissement des eaux usées sur le pourtour méditerranéen pour éviter leur rejet en mer, d'encourager le développement des énergies renouvelables dans les petites îles et de renforcer les aires marines protégées.

Ségolène Royal et Hakima El Haite, ministre déléguée à l’environnement du Royaume du Maroc, ont proposé la création d’un partenariat pour la Méditerranée, regroupant les pays riverains pour coordonner et accélérer les initiatives en faveur de le mer Méditerranée.
 


Accélération de la ratification de l’accord de Paris par les Etats membres de l’UE
A l’occasion de la 71e Assemblée générale des Nations unies, Ségolène Royal a rencontré plusieurs représentants d’Etats membres de l’UE pour amplifier la mobilisation à l’approche de la COP22, notamment Dacian Cioloș, Premier ministre roumain,  M. Linkevicius, ministre des Affaires étrangères de Lituanie, Mateo Renzi, président du Conseil italien, Nick Hurd, ministre d'État pour les Entreprises, l'Énergie et les Stratégies industrielles au Royaume-Uni.
 

 

Remise du rapport de Ségolène Royal sur les énergies renouvelables en Afrique - New York, 20 septembre 2016



A l’occasion de la réunion des chefs d’État africains sur l’initiative africaine pour les énergies renouvelables, en présence du Président de la République française François Hollande et de plusieurs dirigeants africains, notamment M. Al-Sissi président d’Egypte, M. Alpha Condé, président de Guinée, M. Macky Sall, président du Sénégal, M. Hailemariam Desalegn, premier ministre d’Ethiopie, et M. Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc et futur Président de la COP22, Ségolène Royal a présenté son rapport sur l’Initiative et la liste de projets concrets d’énergies renouvelables en Afrique comme outil d’aide à la décision pour contribuer à l’accélération de l’Initiative.

A partir des déplacements de la Présidente de la COP21 dans 17 pays africains, de ses échanges avec les dirigeants africains et de l’analyse de groupes d’experts, la liste de 240 projets, représentant une capacité renouvelable de plus de 45 GW, a été rendue publique. Pour Macky Sall, Président de la République du Sénégal, « la France a tenu son engagement sur la mise en œuvre de l’Initiative. Ségolène Royal a parcouru l’Afrique pour que ce projet puisse devenir une réalité ».

Le rapport formule 10 recommandations pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables sur le continent africain.

Par ailleurs, la Présidente de la COP21 a présenté le bilan des financements des projets décidés depuis la Conférence de Paris sur le climat. En quelques mois, les bailleurs ont mobilisé 4,5 milliards d’euros, qui contribueront à l’installation de 5,7 GW d’énergies renouvelables.

Plusieurs chefs d’Etat africains ont appelé à poursuivre cet élan, notamment Alpha Condé, Président de la République de Guinée : « si l’on résout le problème de l’énergie en Afrique, les autres enjeux trouveront une réponse. Nous espérons que grâce à Ségolène Royal, nous allons obtenir les fonds pour y parvenir ».

Retrouvez le rapport complet et le communiqué en ligne

Au lendemain de la présentation du rapport, la Présidente de la COP21 a participé à une réunion des Etats africains pour avancer sur la mise en œuvre des 240 projets de « l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables », notamment en présence de Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l'Union africaine, de M. Condé, et de Idris Déby, président du Tchad et président en exercice de l’Union africaine.

Etape décisive franchie : 31 nouveaux pays ratifient l’Accord de Paris
  - New York, 21 septembre 2016



A l’occasion d’un événement organisé par Ban Ki-mon en marge de la 71e Assemblée générale des Nations unies, 31 pays ont déposé leurs instruments de ratification de l’Accord de Paris.

Cette étape est une avancée majeure : l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris aura lieu lorsqu’au moins 55 pays représentant 55% des émissions de gaz à effet de serre auront ratifié. Avec la mobilisation de 32 nouveaux pays, un premier critère d’entrée en vigueur est rempli : au 23 septembre, ce sont désormais 61 pays qui ont déposé leurs instruments de ratification, représentant 47,79 % des émissions de gaz à effet de serre.

A quelques semaines de la COP22, Ségolène Royal souligne « à quel point l’utopie de voir une application de l’Accord de Paris dès 2016 devient réalisable, ce qui serait une grande première dans les relations internationales et un grand espoir pour les peuples du monde entier ».

En cette année de présidence de la COP21, la France a souhaité donner l’exemple en ratifiant l’Accord de Paris dès le mois de juin 2016. En amont de la cérémonie, Ségolène Royal a remis une notification de la France au Secrétaire général des Nations unies indiquant que la France avait achevé sa procédure interne de ratification.
  

Coalition internationale pour l’interdiction des sacs plastique à usage unique - New York, 21 septembre 2016


En marge de la cérémonie sur la ratification de l’Accord de Paris, la Présidente de la COP21 a participé à une réunion sur l’océan, en présence de Michelle Bachelet, Présidente du Chili, Erna Solberg, Première ministre de Norvège et Muhammad Jusuf Kalla, vice-président d’Indonésie. Son appel à l’interdiction des sacs plastique à usage unique a été largement entendu.
 

Conseil de sécurité : adoption d’une résolution contre la menace terroriste sur l’aviation civile - New York, 21 septembre 2016



La Présidente de la COP21 s’est exprimée à l’occasion du Conseil de sécurité des Nations unies pour renforcer la coopération internationale en faveur de la lutte contre la menace terroriste sur l’aviation civile.

Une résolution pour lutter contre cette menace a été adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité.
 

Soutien à la déclaration pour limiter les Hydrofluorocarbures (HFC) - New York, 21 septembre 2016



Ségolène Royal a participé, avec notamment Ernest Moniz, secrétaire à l’énergie des Etats-Unis, Miguel Arias Canete, commissaire européen à l’énergie et au climat, Suzanna Malcorra, ministre des Affaires étrangères d’Argentine, à un événement de mobilisation en faveur d’un accord à Kigali en octobre pour l’inclusion des hydrofluorocarbures (HFC), puissant gaz à effet de serre, au sein du protocole de Montréal.



Promotion de la mise en œuvre des Objectifs de Développement durable - New York, 21 septembre 2016



Les Objectifs de développement durable (ODD), sont un appel mondial à agir pour éradiquer la pauvreté et protéger la Planète. Ségolène Royal a participé à une table ronde sur les moyens d’appliquer rapidement ces objectifs, en présence d’Hakima El Haite, ministre déléguée à l’environnement du Royaume du Maroc, Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la CCNUCC et John Roome, directeur Climat à la Banque mondiale
 

Intervention à la Banque Mondiale pour le prix du carbone - New York, 22 septembre 2016



A travers un message diffusé lors d’une réunion de la Banque mondiale sur le prix du carbone, la Présidente de la COP21 a rappelé ses trois propositions pour la coalition en vue d’un prix haut, stable, et coordonné :
 

  • utilisation des revenus de la tarification du carbone, qui passeraient de 26 milliards de dollars à 1000 milliards si toutes les émissions CO2 étaient couvertes ;
  • financement de l'innovation et du développement par le reporting climatique (article 173 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte) et les obligations vertes (la France est le premier État au monde à émettre obligations vertes) ;
  • fixer une cible de prix au carbone au niveau mondial : une commission de haut niveau sera créée avec la Banque mondiale.

 

Télécharger le communiqué (PDF - 894 Ko) 

Contact presse : 01 40 81 78 31


 

 

Imprimer