Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Discours Barbara Pompili lors du séminaire régional ARB Occitanie - Pyrénées-Méditerranée

9 novembre 2016 - Eau et biodiversité
Imprimer

Barbara Pompili a prononcé un discours lors du séminaire régional ARB Occitanie – Pyrénées-Méditerranée à Carcassonne le mercredi 9 novembre 2016


Madame la Présidente,
Monsieur le Président du Conseil Départemental,
Monsieur le Président de la Communauté de Communes,
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames, messieurs,

On croit trop souvent que le vote d’une loi par le Parlement est une fin. En réalité, c’est le début d’un cycle. Celui de la traduction de la loi dans la réalité. Une concrétisation qui passe par la publication des décrets d’application de la Loi ; une concrétisation qui dépend de la capacité des acteurs socio-économiques et des territoires à se saisir des dispositifs de la Loi.

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été adoptée le 20 juillet 2016. C’est une grande avancée pour la protection de l’environnement, la première loi de cette importance, sur ce sujet, depuis 1976.

Après la loi sur la transition énergétique et l’accord de Paris désormais entré en vigueur, cette loi de reconquête constitue le troisième volet majeur de l’action gouvernementale pour la transition écologique.

Je travaille avec les services du ministère à la rédaction des 36 décrets d’application de la Loi : notre objectif, très ambitieux, est que tous ces textes indispensables soient publiés dès le début 2017, plusieurs d’entre eux avant la fin de cette année 2016.

Je veux d’ailleurs ici remercier les services pour leur engagement : je sais que nous parviendrons, dans les temps, à le faire.   

L’une des innovations les plus emblématiques de cette loi est la création de l’Agence française pour la biodiversité, qui regroupera, l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, l’Agence des Aires Marines Protégées, l’Atelier Technique des Espaces Naturels et l’établissement public Parcs Nationaux de France.

Cette agence sera l’établissement public de référence pour la mise en œuvre opérationnelle de la politique nationale de biodiversité. Elle confortera une approche globale de la biodiversité, qu’elle soit marine, aquatique, terrestre. Elle interviendra dans les domaines de la connaissance, de la formation, de la communication, de l’appui technique et administratif, de l’appui financier, ou encore de la police de l’environnement.

C’est dire l’étendue de ses missions.

Elle disposera de moyens renforcés, inscrits au projet de loi de finances 2017, conformément aux engagements du Président de la République. Le décret d’application est en cours d’examen par le Conseil d’Etat. Tout est fait pour un démarrage effectif dès le 1er janvier prochain.

Mais l’action de l’Etat n’est pas tout : la loi sans les décrets n’est rien ou presque, la loi sans appropriation par la société n’est le plus souvent que lettre morte.

C’est pourquoi je me suis fixé comme objectif de favoriser une rapide appropriation des dispositions législatives par les territoires, et d’accompagner toutes celles et tous ceux qui choisissent d’agir pour répondre concrètement au défi de la biodiversité.

Vous qui avez lancé cette initiative d’engager une réflexion sur une Agence régionale de la biodiversité en Occitanie, vous êtes certainement convaincus de l’importance de protéger notre biodiversité, face aux dégradations qu’elle subit. Mais les effets de cette dégradation sont généralement trop peu connus, pour l’homme, pour nos sociétés. Il y a encore bien du chemin à parcourir pour que cette prise de conscience soit celle que l’on commence à observer pour le changement climatique. Et pourtant, pour ne citer qu’un chiffre, dans le rapport « Planète vivante » qu’il vient de publier, le WWF nous apprend que l’abondance des populations de vertébrés a subi une réduction de 58% entre 1970 et 2012. Et l’on connaît les multiples services que nous rend la biodiversité, comme la pollinisation, la fertilité des sols, l’épuration de l’eau, l’atténuation des inondations.

La loi a prévu que les régions et l’AFB puissent mettre en place conjointement des Agences Régionales de la Biodiversité, les ARB. Tel est l’objet de ce séminaire que vous avez organisé et je vous en félicite. [...]

Télécharger le discours dans son intégralité (PDF - 111 Ko)
 

Imprimer