Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Discours de la Présidente de la COP, Ségolène Royal lors de l’événement “Turning the Paris Agreement into Action”

18 avril 2016 - COP 21
Imprimer

Banque Mondiale, Washington D.C.,
le jeudi 14 avril 2016

1/ Retour sur l’accord de Paris

- Moment très fort dans un contexte difficile.

- Nous avons pu avancer grâce à l’engagement de tous.

- Cette réussite et cet engagement nous obligent.
En tant que présidente de la CoP je veille à mettre en oeuvre au plus vite cet accord.

- Avec le SGNU nous avons mobilisé les Etats pour que le plus grand nombres de parties signent le 22 avril, journée de la Terre.

- On pouvait craindre une démobilisation. Au contraire, record battu pour le nombre de signatures le premier de l’ouverture à la signature (Convention sur le droit de la Mer 118 signatures en 1982). Nous approchons les 150 signatures.

- La prochaine étape : ratification de l’accord avec la cible d’obtenir 55 Etats représentant 55% des émissions pour l’entrée en vigueur de l’accord.

- Accélérer la mise en oeuvre de la feuille de route de la CoP21, car les actions concrètes existent déjà avec les 70 coalitions, les 10.000 acteurs impliqués sur les 12 thématiques de l’Agenda des solutions.

2/ Concrètement, nous devons mobiliser tous les lieux de décision au service de l’action pour le climat.

- Les Etats qui ont la responsabilité de la ratification et des NDC : comment concrétiser les actions pays par pays ; je compte sur vous, ministres des finances pour accompagner ce mouvement !

- Les entreprises et les investisseurs : ce sont eux qui sont les garants de la transition énergétique, c’est la grande nouveauté de la Cop21 pour appliquer l’accord de Paris.

- Les territoires et les villes avec les grandes coalitions qui se sont formées lors de la CoP 21. Dans le monde, une grande partie des investissements publics dépend des villes et des territoires.

- Les ONG et les citoyens, à la fois pour s’assurer que la parole donnée à Paris est respectée et parce que, comme le disait Henri David Thoreau : « personne n’a la responsabilité de tout faire, mais chacun doit accomplir quelque chose »

3/ Finances : trois chantiers nous attendent :

- Les financements publics :
Beaucoup a été promis lors de la CoP. Les banques multilatérales ont pris la mesure des efforts à fournir. Je félicite la Banque mondiale pour le plan d’action présenté à ses administrateurs récemment et notamment sa déclinaison africaine.


- Financements privés :
Beaucoup a été fait en peu de temps, comme par exemple la coalition pour la décarbonation des portefeuilles – 600Md$ d’actifs, dépassant largement son objectif initial de 100Md, et plus largement les efforts du gouverneur Carney pour alerter les milieux financiers sur la question du risque climatique.
En tant que présidente de la CoP, je souhaite aussi que l’on prenne la mesure des opportunités de la croissance verte et de l’économie bleue.

- Tarification du carbone, avec une grande mobilisation des Etats et des entreprises. Comme présidente de la CoP, je pense que ce grand mouvement doit s’organiser autour de trois principes :
· Un prix suffisamment élevé pour changer les comportements.
· Un prix stable et prévisible pour donner de la visibilité aux acteurs économiques et financiers.
· Un prix coordonné, comme le propose la Banque mondiale, pour en faire un instrument de cohésion et non de concurrence.

Pour la réussite de l’accord, mon message final est simple :

- Nous devons agir vite.

- Nous devons agir de manière juste, parce que beaucoup de
promesses ont été faites et notre action doit être guidée par la justice écologique.

- Nous devons agir ensemble, parce que l’accord de Paris a été un grand moment de consensus de la communauté internationale et nous devons conserver l’esprit de Paris.

Imprimer