Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

EGNOS

10 avril 2014 (mis à jour le 22 septembre 2016) - Transports
Imprimer

La DSNA déploie des procédures PBN d’approche par satellite de nouvelle génération


Grâce aux progrès technologiques, les pilotes ont désormais la possibilité d’assurer des procédures d’approche et d’atterrissage sur des aéroports dépourvus d’infrastructure de navigation au sol. Dans le cadre du plan de navigation fondée sur les performances (PBN), l’OACI recommande de déployer des systèmes d’approche par satellite avec guidage vertical sur toutes les pistes IFR à l’horizon 2016. Avec près de 90 % des pistes dotées de procédures d’approche PBN en métropole et en Outre-mer fin 2015, la DSNA conforte son rôle de leader européen. La DSNA représente l’État-actionnaire au sein de la société ESSP SAS chargée d’exploiter le système satellitaire européen de navigation EGNOS dans l’aviation civile et sur d’autres marchés. 

A terme, un réseau minimal d’infrastructures au sol pour rationaliser les coûts

La mise en œuvre de nouvelles procédures IFR satellitaires avec des performances proches de celles d’un ILS de catégorie 1 permet de renforcer l’accessibilité des plates-formes. Cette démarche s’inscrit dans la stratégie de la DSNA de ne conserver l’entretien que d’un réseau minimal d’ILS de catégorie 1 sur les aérodromes régionaux de taille moyenne. En effet, le déploiement d’un parc d’ILS exige non seulement un investissement initial important, mais aussi une capacité de maintenance parfaitement dimensionnée. Il en résulte des coûts d’acquisition et de possession lourds. En concertation avec les gestionnaires d’aéroport et les usagers, certains ILS sont rétrocédés aux exploitants et les autres, démantelés. Cette initiative s’accompagne d’une baisse du taux unitaire de la redevance en zone terminale (RSTCA) en métropole.

Une première en Europe : mise en service d’une procédure LPV-200 à Paris-CDG

@ DassaultDepuis le 28 avril 2016, un nouveau type de procédure d’approche satellitaire dite « PBN LPV 200 » est en service sur l’aéroport de Paris-CDG : cette procédure est opérée dans un contexte d’approche triple simultanée pour la première fois en Europe. Cette procédure offre un niveau de performance équivalent à celui d’un ILS de catégorie I avec une hauteur de décision de 200 pieds (75 mètres) et une portée visuelle de 550 mètres. Un niveau de précision particulièrement élevé est requis pour offrir ce type d’approche : pour cela, la société ESSP a été certifiée par l’AESA pour fournir ce niveau de service du signal EGNOS.

Pour la navigation aérienne, au-delà d’offrir une solution de secours en cas d’indisponibilité des moyens de radionavigation classiques, ce type de procédures va permettre d’évaluer des trajectoires d’approche non rectilignes, plus à même de répondre aux enjeux environnementaux (descentes douces, évitement des zones peuplées) et de sécurité. Cette initiative ouvre aussi des perspectives de coopération technique intéressantes en termes de sécurité pour des pays où le niveau d’équipement des infrastructures aéroportuaires peut constituer un frein au développement du transport aérien.
Ces nouvelles procédures donnent de nouvelles raisons aux constructeurs d’aéronefs d’accroître leur gamme de solutions avioniques compatibles EGNOS.

La DSNA au cœur des nouvelles expérimentations

Le mandat d’emport obligatoire d’équipement de bord « PBN RNAV 1 » en zone terminale de la région parisienne a été publié en 2015. Dans ce nouveau contexte technologique, la DSNA a évalué de nouvelles trajectoires optimisées dans des environnements complexes : projet ORTOL 26 à Orly (SESAR), arrivées cœur de nuit à Paris-CDG, projet RISE à Nice (SESAR).

Imprimer