Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Economie circulaire : Ségolène Royal souhaite redynamiser l’industrie papetière

16 septembre 2014 (mis à jour le 17 septembre 2014) - Développement durable
Imprimer

Serge Bardy, député du Maine-et-Loire, a présenté, le 10 septembre, le rapport "France, terre d’avenir de l’industrie papetière", à l’Assemblée nationale. Celui-ci présente 34 propositions pour mettre en place la transition vers une économie circulaire pour la filière de fabrication du papier. Ségolène Royal soutient ces objectifs qui rejoignent les priorités fixées dans le projet de loi relatif à la #transitionénergétique pour la #croissanceverte.


Crédits photo : Arnaud Bouissou/MEDDE

 

> Lire le rapport Bardy "France, terre d’avenir de l’industrie papetière" (p1 à p228)
> Lire les annexes au rapport Bardy (p229 à p354)

 

La ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie partage notamment l’objectif de redynamiser l’industrie papetière en rendant plus attractive la matière première issue du recyclage et en soutenant la demande de papier recyclé.

Afin d’accélérer la transition vers une économie circulaire de la filière papier, Ségolène Royal lance les actions suivantes :

  • Améliorer l’efficacité du tri du papier par les ménages, afin d’augmenter les volumes de papier à recycler. Cet objectif sera atteint en facilitant le geste de tri des citoyens, confrontés actuellement à 178 différents schémas de collecte. Pour cela, Ségolène Royal inscrira, dans le cadre du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, un objectif d’harmonisation progressive des consignes de tri.
  • Généraliser progressivement le tri du papier par les entreprises, pour améliorer en particulier le tri des papiers de bureaux dans le secteur tertiaire dont le taux de collecte actuel est estimé à seulement 50%.
  • Accélérer la dynamique grâce à un Etat exemplaire, pour améliorer le tri et entraîner la demande de papier recyclé :

o Une obligation de tri des papiers, comme du verre, des plastiques, des métaux et du bois s’appliquera à toutes les administrations dès fin 2015.

o Ségolène Royal a fixé un objectif de 25% d’achat de papiers recyclés non ou peu blanchi en 2017, puis de 40% à l’horizon 2020, pour le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, qui s’approvisionne déjà exclusivement de papier éco-responsable.

o La ministre invite les autres ministères à suivre cet exemple en visant un usage systématique du papier éco-responsable, un accroissement du recours au papier recyclé peu ou pas blanchi, du recyclage du papier après usage et de la réduction à la source en particulier par une meilleure politique d’impression et une dématérialisation accrue des actes.
 

La saviez-vous ?

> Le processus de fabrication d’un kilo de papier recyclé requiert actuellement 3 fois moins d’eau et 3 fois moins d’énergie que le papier composé de fibres vierges.
> Le recyclage du papier permet d’éviter d’utiliser des ressources forestières vierges.
> Le recyclage est une opération de proximité qui évite autant que possible les transports sur de longues distances. Le papier peut se recycler 5 fois et, en fin de cycle, peut encore servir, par exemple pour créer des boîtes à œufs.
> Sa généralisation permet des économies d’échelle qui réduisent les coûts et créent des emplois pérennes et non délocalisables, dans un esprit d’économie circulaire.

Imprimer