Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Green Tech : le numérique au service de la transition écologique

10 février 2016 (mis à jour le 23 février 2016) - Développement durable
Imprimer

Optimiser à distance son chauffage, faciliter son transport, mais aussi être mieux informé des risques naturels… Autant de services possibles grâce au numérique. Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont lancé mardi 9 février un incubateur Green Tech au ministère de l’Écologie pour accompagner les entreprises dans le développement de services et d’usages liés aux nouvelles technologies.



 

Numérique et transition écologique

La ministre a souhaité favoriser le développement numérique au sein de son ministère pour plusieurs raisons : les données dont dispose le ministère peuvent servir pour des applications très concrètes dans la vie quotidienne ; les start-up ont besoin d’être accompagnées pour favoriser l’émergence de nouvelles filières dans le secteur de la transition écologique.

Compteurs intelligents, géolocalisation, détecteur de pesticides

14 défis ont été identifiés dans les 8 secteurs de la transition écologique pour le développement de nouvelles applications.

Économies d’énergie 1. Compteur individuel de chauffage dans le logement collectif suite à l’adoption de l’individualisation des frais de chauffage dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, 4 millions de compteurs à installer. 2. Objets connectés et applications liés aux compteurs intelligents (électricité et gaz) permettant de réduire la facture énergétique des ménages. 3. Numérisation de l’éclairage public.

Énergies renouvelables. 4. Applications favorisant l’autoconsommation et l’effacement chez les particuliers.

Bâtiment 5. Carnet numérique de suivi et d’entretien des bâtiments et logements qui centralise les différentes données : diagnostics, plans et travaux de performance énergétique (loi de transition énergétique pour la croissance verte).

Transports 6. Applications de recensement et de partage des services liés aux véhicules électriques. 7. Solutions de géolocalisation en temps réel facilitant l’accès des citoyens aux transports publics et privés, par territoire, prenant en compte l’état du trafic, la qualité de l’air…

Risques 8. Systèmes participatifs d’alerte en cas de catastrophe naturelle.

Économie circulaire 9. Répertoire numérique des compositions des produits en vue de faciliter leur réutilisation ou leur recyclage. 10. Calculateur individuel du volume de déchets pour l’optimisation de la collecte.

Santé et environnement 11. Détecteur (reconnaissance et mesure) des pesticides dans les fruits et légumes. 12. Calculateur individuel de qualité de l’eau, de l’air et du niveau sonore dans l’habitat et les espaces collectifs.

Biodiversité 13. Annuaire numérique d’impact sur la biodiversité par territoire des aménagements publics et privés 14. Grande application de la biodiversité dans les territoires : inventaire, gestes écoresponsables…

Un incubateur Green Tech

Pour permettre aux start-up de concrétiser leurs projets rapidement, Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont lancé, mardi 9 février 2016, un incubateur au sein du ministère de l’Écologie pour accompagner 50 start-up dans leur développement. Ces start-up bénéficieront de 150 000 euros pour démarrer, jusqu’à 500 000 euros pour les plus prometteuses d’entre-elles, ainsi que de l’appui du réseau scientifique et technique du ministère (Ademe, IGN, Météo-France…)

Par ailleurs, la ministre lance un concours pour les écoles du ministère : 5 projets proposés par des élèves pourront intégrer l’incubateur pendant 9 mois.

10 millions de données
Le ministère de l’Écologie dispose de 10 millions de données qui seront mises à la disposition des 50 start-up. Ces ressources permettront d’identifier les services du quotidien pouvant être améliorés par le numérique.

Et concrètement...

Le thermostat qui adapte tout seul la température « Nous avons créé un thermostat intelligent, connecté à internet, qui surveille et programme le chauffage d’un logement. Il possède en plus des capteurs de présence et de température. Ainsi, en cas d’oubli, il prévient l’utilisateur et adapte le chauffage automatiquement. C’est la valeur ajoutée par rapport à un thermostat classique : grâce à ses capteurs, il repère, apprend les usages, prend en compte l’inertie du logement et adapte tout seul la température. » Minh Lê, cofondateur de Qivivo, un thermostat intelligent

Un séminaire connecté « Tayo est une solution numérique pour planifier et coordonner les trajets lors d’un événement professionnel. La solution intègre les principaux modes de transport pour guider les voyageurs sur toutes les étapes de leurs trajets. Ils peuvent aussi partager leur trajet avec les autres participants. En pratique, c’est un service en ligne. L’organisateur se rend sur mytayo.com, il crée une carte d’accès multimodale pour son événement. Les participants peuvent ainsi planifier leur trajet, comparer les itinéraires, les modes de transport et partager tout ou partie de leur trajet avec d’autres. » Pascal Mourier, président fondateur de Tayo

Photo de Une : Bernard Suard

 

Imprimer

Liens utiles