Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Santé et Société

27 novembre 2015 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Sommaire :


      

Indice Feux de forêts Météorologique

27 novembre 2015 (mis à jour le 13 juin 2016)

Cet indicateur rend compte des conditions météorologiques propices aux départs de feux de forêts en France métropolitaine, il est calculé comme le pourcentage annuel de la surface du territoire où l’on a observé plus d’un mois de sensibilité météorologique quotidienne aux feux de forêts.



Analyse technique et données

Surface de la France concernée annuellement par des conditions météorologiques propices aux départs de feux de forêts la période 1959-2014.

Cet indice permet d’appréhender le niveau de sensibilité météorologique aux feux de forêts atteint annuellement à l’échelle de la France métropolitaine. Son évolution sur la période 1959-2014 permet d’identifier les années les plus sensibles, l’année la plus sévère en termes de feux de forêts étant l’année 2003, puis 1976. On retrouve ensuite des épisodes assez marqués avec les années début 1960 et début 1990. En regard, la moyenne décennale tracée permet de matérialiser l’accentuation depuis la fin des années 1980 de l’extension spatiale de cette sensibilité. Notamment au cours de la dernière décennie 2003-2012, 8 années sur 10 présentent plus de 30 % du territoire métropolitain concerné par cette sensibilité.

Couverture spatiale et temporelle des données

France Métropolitaine

Provenance

Météo-France

Tableau de la série

Télécharger le tableau de la série (XLS - 10 Ko)

 

Responsable de l’indicateur

Mathieu Regimbeau

Organisme propriétaire des données

Météo-France

Définition de l’indicateur

Cet indicateur rend compte des conditions météorologiques propices aux départs de feux de forêts en France métropolitaine, il est calculé comme le pourcentage annuel de la surface du territoire où l’on a observé plus d’un mois de sensibilité météorologique quotidienne aux feux de forêts.

Méthode de calcul de l’indicateur

L’indice forêt météo (IFM) permet d’estimer le danger météorologique de feux de forêts en tenant compte de la probabilité de son éclosion et de son potentiel de propagation. Il est calculé à partir de données météorologiques simples : température, humidité de l’air, vitesse du vent et précipitations. Ces données alimentent un modèle numérique qui simule l’état hydrique de la végétation et le danger météorologique quotidien d’incendie qui en découle. Cet indice permet d’appréhender la sensibilité météorologique aux feux de forêts d’une année en évaluant le nombre de jours de dépassement du seuil IFM>20. Le critère appliqué est le calcul en chaque point du territoire du nombre de jours de dépassement du seuil IFM>20, l’année est considérée comme sensible météorologiquement si on observe en ce point plus d’un mois de dépassement du seuil par la valeur quotidienne.

Fiabilité de l’indicateur

Même si l’indicateur ne présente pas de valeurs observées du nombre annuel de départs de feux, il a été vérifié que cette information était fortement corrélée avec le comportement de l’indice IFM calculé.

Justification de l’indicateur

Cet indicateur a été développé dans le cadre de la Mission Interministérielle : "Changement Climatique et extension des zones sensibles aux feux de forêts" MEDDE/CGEDD N° 005957-01. L’Indice Forêt Météo (IFM) issu de travaux de forestiers canadiens est largement utilisé dans le monde et plus particulièrement par la Commission Européenne. En France, il est calculé quotidiennement dans le cadre de l’assistance opérationnelle à la Sécurité Civile dans la lutte contre les feux de forêts. Il indique en effet assez correctement la propension à l’éclosion et à la propagation initiale des feux de forêts.

Date de dernière actualisation de l’analyse technique et des données

Mise en place de l’indicateur en novembre 2015.

Perspectives pour l’indicateur

Mise à jour avec les données 2015 pour début 2016. Intégration des données IFM dans DRIAS et dans plateforme ClimatHD de Météo-France. Déclinaison de l’indicateur à destination des observatoires régionaux.

      
Imprimer