Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Comprendre et appliquer le Système d’Echange de Quotas d’Emission (ETS)

23 décembre 2014 - Transports
Imprimer

Sommaire :


      

Information sur le nouveau champ géographique d’application pour l’ETS Aviation

23 décembre 2014 (mis à jour le 2 mai 2016)

Nouveau champ géographique ETS applicable de 2013 à 2016, inclus.



Mise à jour du 1/09/2014 :

Quotas gratuits à allouer chaque année de la phase III 2013-2020 dans le champ géographique d’application issu du Règlement 421/2014

Free_allowances (PDF - 45 Ko) – arrêté du 12 décembre 2011 modifié

Nouveau champ géographique ETS Aviation 2013-2016

Les années 2012 à 2014 ont été marquées par l’évolution réglementaire de l’EU ETS aviation avec notamment la décision n°377/2013/UE dite "Stop the clock" ainsi que le règlement UE n° 421/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 modifiant la directive 2003/87 établissant un système d’échange de quotas d’émissions de gaz à effet de serre dans la Communauté en vue de la mise en œuvre, d’ici 2020, d’une convention internationale portant application d’un mécanisme de marché mondial aux émissions de l’aviation internationale, qui a été publié le 30 avril 2014 au Journal officiel de l’Union européenne (JOUE).

Cette évolution du dispositif se traduit par la modification du champ géographique qui déroge au champ initial de la directive 2003/87 et s’applique pour les années d’émissions 2013 à 2016 incluses.

Cette modification fait suite à la résolution A38-18 de l’OACI qui prévoit l’élaboration d’un mécanisme de marché mondial, lequel devrait être finalisé lors de la prochaine assemblée de l’OACI en 2016 et appliqué à partir de 2020.

Le nouveau champ géographique d’application

Le champ géographique d’application est désormais restreint aux seuls vols au départ et à l’arrivée de l’EEE (espace économique européen) pour la période 2013-2016.

Ainsi, les vols de l’EEE vers un pays tiers ou d’un pays tiers vers l’EEE ne doivent plus être déclarés.

Vous trouverez ci-dessous les éléments vous permettant d’identifier clairement les nouvelles limites de ce champ géographique :

Les États membres de l’Union européenne et les autres pays inclus dans l’EEE

Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède.

Autres Etats membres de l’EEE

Norvège, Islande, Liechtenstein

Autres territoires dotés d’un statut particulier et rattachés à des États de l’EEE

Ceuta, Melilla, les îles Åland, Gibraltar et Jan Mayen

L’exclusion des RUP et PTOM

Les vols de l’EEE vers les RUP (régions ultra périphériques) ainsi que les vols d’une RUP vers une autre RUP ne doivent pas être déclarés. En revanche, les vols intérieurs à une RUP sont à déclarer.
Les vols de l’EEE vers les PTOM (pays et territoires d’Outre-mer) sont considérés comme des vols vers des pays tiers, et ne doivent donc pas être déclarés.

La Croatie

La Croatie a rejoint l’UE le 1er juillet 2013. Dans le cadre de la déclaration des émissions au titre de 2013, les exploitants d’aéronefs ayant opérés des vols de la Croatie vers l’EEE (et vice-versa) et/ou des vols entre 2 aérodromes croates (dits aussi "vols domestiques") doivent soumettre leur déclaration annuelle à l’autorité compétente (la DGAC) dans 2 déclarations distinctes :

  1. Dans la première déclaration annuelle au titre des émissions de 2013, toutes les émissions dans le périmètre géographique de l’EU-ETS doivent être déclarées. Cela inclut les vols entre la Croatie et l’EEE.
  2. Dans une deuxième déclaration, s’il y a lieu, uniquement les émissions des vols domestiques Croates ayant eu lieu entre le 1er juillet et le 31 décembre 2013 doivent être déclarées. En revanche, il est à noter qu’il n’y a aucune obligation de restitution pour ces vols.

A partir des émissions de l’année 2014, une seule déclaration annuelle contenant tous les vols pour lesquels des quotas devront être restitués doit être soumise à la DGAC.

La Suisse

La Suisse ne faisant pas partie de l’EEE, l’EU ETS ne s’applique pas à cet Etat.

Les exemptions

Les exploitants d’aéronefs non commerciaux émettant moins de 1 000 t de CO2 par an sont exemptés des obligations liées à l’EU ETS jusqu’aux émissions 2020.
L’exemption "de minimis" pour les exploitants commerciaux demeure applicable. Elle concerne ceux qui effectuent moins de 243 vols par période pendant trois périodes consécutives de quatre mois, ou ceux dont les émissions totales sont inférieures à 10 000 t de CO2 par année civile.

Dans les deux cas, ces émissions sont calculées sur la base de l’annexe 1, dite "champ total" ou "champ annexe 1", de la directive ETS 2003/87.

La date d’entrée en vigueur

Le règlement UE n° 421/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 modifiant la directive 2003/87 établissant un système d’échange de quotas d’émissions de gaz à effet de serre dans la Communauté en vue de la mise en oeuvre, d’ici 2020, d’une convention internationale portant application d’un mécanisme de marché mondial aux émissions de l’aviation internationale a donc été publié au Journal officiel de l’Union européenne du 30 avril 2014 et entre en vigueur à compter du même jour.

Il s’applique à partir des émissions 2013.

La transmission des déclarations à partir des émissions 2013

Les exploitants d’aéronefs qui ne sont pas concernés par les clauses d’exemption ci-dessus mentionnées, doivent transmettre à la DGAC, en tant qu’autorité compétente chargée de mettre en œuvre en France ce dispositif européen, leur déclaration des émissions fondée sur le nouveau champ géographique d’application.

La date limite d’envoi des déclarations des émissions de CO2 de l’année N est fixée au 31 mars de l’année N+1.

De même, la date limite de restitution des quotas de CO2 de l’année N est fixée au 30 avril de l’année N+1.

 

      
Imprimer