Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Invasiv’Alerte, Green-Watch, Biosentinelle et Map-Pollen sont les lauréats du hackathon #HackBiodiv

7 juin 2016 - Développement durable
Imprimer

Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat a annoncé les lauréats du #hackbiodiv qui s’est déroulé les 3, 4 et 5 juin 2016, à Paris, en présence de Barbara Pompili, secrétaire d’État à la biodiversité.


Le hackathon #HackBiodiv

Le 9 février dernier, Ségolène Royal lançait l’appel à projets « Green Tech verte » afin de mettre le numérique au service du pouvoir d’achat des Français en développant de nouveaux services de maîtrise de leur consommation d’énergie.

Ce hackathon avait pour objectif de :

  • faciliter l’implication du citoyen dans la compréhension de la biodiversité,
  • mettre à disposition des acteurs de la biodiversité des applications facilitant la collecte des données,
  • exploiter les données existantes pour produire de nouveaux services.

Ce hackathon s’appuyait sur le Système d’Information sur la Nature et les Paysages (SINP) qui a pour objet de structurer les connaissances sur la biodiversité (faune, flore, fonge) et d’interroger d’autres bases de données.

Ce hackathon s’était fixé comme objectif de croiser les bases de données de cette plate-forme nationale du SINP avec d’autres voire d’autres bases, 40 millions de données.

Des développeurs, des datascientists, des spécialistes métiers mais également des journalistes, des spécialistes business, des étudiants et des représentants du monde associatif ont participé à ce hackathon.

Le premier prix a été décerné à Invasiv’Alerte

L’application interroge les réseaux sociaux Google et Twitter à partir de certains mots clés sur les espèces invasives afin d’identifier les occurrences de ces mots à des fins de détection et d’alerte. De plus, l’application permet à tout individu de signaler par des photos géolocalisées la présence de certaines espèces en interrogeant les bases du SINP. Ces informations ont vocation à enrichir le SINP.

Le deuxième prix a été décerné à Green-Watch

L’équipe utilise une nouvelle application d’intelligence artificielle de Google mise en ligne sous forme d’API afin d’identifier le nom de l’espèce que l’on vient de photographier. Ces photos sont croisées avec les bases de données du SINP. L’application permet de lancer des défis à des observateurs afin de favoriser l’acculturation de tout un chacun à la biodiversité.

Le troisième prix a été décerné Biosentinelle

Le jeu en ligne proposé est complété par une action terrain. Il s’agit de lancer des défis dans l’espace urbain par exemple, pour repérer certaines espèces dans certains lieux identifiés (“qui a vu les coquelicots à Bastille ?") ou pour faire prospérer la biodiversité.

Par ailleurs, un coup de cœur a été décerné à Map-Pollen

L’application utilise les données géolocalisées des différentes espèces d’arbres dans les bases du MNHN et dans celles de certaines grandes villes comme Paris pour identifier les lieux particulièrement sujets aux pollens allergisants. Une information en temps réel par les individus enrichira la localisation de ces pollens sous forme collaborative.

 

 

 

Imprimer