Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Inventaire des émissions de gaz à effet de serre de la France : les résultats 1990-2012

17 avril 2014 (mis à jour le 24 avril 2014) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Le rapport national d’inventaire au titre de la CCNUCC et a été rendu public le 15 avril dernier. La France a vu ses émissions de gaz à effet de serre diminuer de 12 % en 2012 par rapport au niveau de référence fixé par le protocole de Kyoto.


Les mesures d’atténuation prises par le Gouvernement dans l’industrie, le bâtiment, ou les énergies renouvelables ont permis de compenser et dépasser la hausse tendancielle des émissions liée à l’augmentation de la population.

La France respecté les engagements pris dans le cadre du Protocole de Kyoto, qui consistaient à stabiliser les émissions de GES au niveau de 1990, pour la période 2008-2012. Le pays a également enregistré une baisse de 26 % des émissions en tonnes par habitant entre 1990 et 2012. En savoir plus

6 gaz à effet de serre passés à la loupe

Six gaz à effet de serre direct* qui constituent le « panier de Kyoto » ont été évalués : dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4), protoxyde d’azote (N2O), deux familles de substances halogénées - hydrofluorocarbures (HFC) et perfluorocarbures (PFC) - ainsi que l’hexafluorure de soufre (SF6). À ces substances s’ajoutent les quatre gaz à effet de serre indirect (SO2, NOx, COVNM et CO).

Les émissions des gaz à effet de serre direct se situent pour l’année 2012 à 11,4% au-dessous de celles de 1990. Cette évolution globale se traduit, dans le détail des six gaz impliqués, par des situations beaucoup plus contrastées. Par exemple, le niveau d’émission de dioxyde de carbone est en 2012 inférieur de 7,5% à celui de 1990, les rejets de méthane sont en recul de 13,4%, et les émissions de protoxyde d’azote en baisse de 37 %. Par ailleurs, l’inventaire met en évidence une augmentation très importante des émissions des hydrofluorocarbures en masse (+ 1258%, ou 364% compte tenu des différences structurelles liées aux molécules mises en jeu, en termes de pouvoir de réchauffement global.) Ces gaz sont notamment utilisés dans les systèmes réfrigérants, ou les aérosols.

La répartition des émissions en chiffres

Le transport est, en France, le premier secteur émetteur de GES. Il représente 27,8 % des émissions nationales en 2012. Le secteur agricole émet, quant à lui, 21 % des gaz à effet de serre. Suivent ensuite les secteurs résidentiel et tertiaire (17,7 %) et le secteur de l’industrie manufacturière (17,6 %). Enfin, les secteurs les moins émetteurs sont les industries de l’énergie avec 11,7 % et le secteur du traitement des déchets (2,6 %).



Évolutions des émissions par secteur depuis 1990 en Mt éq. CO2
Source : Inventaire France, périmètre Kyoto, CITEPA/MEDDE, soumission avril 2014

> Plus de détails : Voir l’article sur la part et l’évolution des secteurs

* exprimées en termes de PRG hors UTCF (utilisation des terres, leur changement et la forêt)

Imprimer