Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

L’Atlas de la biodiversité communale (ABC)

12 décembre 2013 (mis à jour le 23 mai 2016) - Eau et biodiversité
Imprimer

Suite à l’expérimentation réussie de certaines communes, de parcs naturels régionaux et à une proposition du secteur associatif, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (MEEM) a mis en place, depuis 2010, dans le cadre de l’Année internationale pour la biodiversité, un programme de développement des ABC.


Le MEEM généralise la démarche conformément à l’engagement pris lors de la conférence environnementale de 2012.

Ainsi, un Guide méthodologique (version-23-10-2014-1.pdf (PDF - 2547 Ko ), baptisé "Atlas de la biodiversité communale : pour s’approprier et protéger la biodiversité de son territoire",  est mis à disposition des collectivités pour les aider dans ce travail. Déjà 300 communes se sont engagées dans cette démarche.

Chaque ABC est élaboré à l’échelle communale ou intercommunale, à partir d’un inventaire précis et cartographié des habitats, de la faune et de la flore et avec l’appui d’une équipe d’experts pluridisciplinaires.

Un ABC, pour quoi faire ?

  • Pour sensibiliser et mobiliser les élus, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la biodiversité
  • Pour mieux connaître la biodiversité sur le territoire d’une commune et identifier les enjeux spécifiques liés
  • Pour faciliter la mise en place de politiques communales ou intercommunales qui prennent en compte la biodiversité.

En quoi consiste-t-il ?

  • La réunion de l’ensemble des acteurs locaux (élus, acteurs socio-économiques, grand public, scolaires, associatifs) afin de les sensibiliser à la biodiversité, de partager les connaissances déjà disponibles sur la biodiversité de la commune et de permettre à chacun de se mobiliser.
  • L’engagement des actions afin de compléter les connaissances en matière de biodiversité : il s’agit notamment d’inventorier et cartographier la biodiversité, grâce à l’intervention de professionnels ou d’associations naturalistes mais aussi de susciter la participation du grand public à divers programmes de sciences participatives. La validation par les partenaires scientifiques du ministère de l’ensemble des protocoles proposés en garantit la rigueur scientifique et la valorisation ultérieure des connaissances nouvellement acquises.
  • La possibilité pour la collectivité, grâce à l’amélioration des connaissances concernant les habitats naturels, la flore et la faune, d’identifier les actions à mettre en œuvre pour protéger et valoriser la biodiversité. Celle-ci peut ainsi élaborer des politiques communales ou intercommunales prenant en compte les enjeux en matière de biodiversité de son territoire.

Qui peut participer ?

Toutes les communes ou intercommunalités françaises peuvent s’approprier les outils mis à disposition en ligne et s’engager aisément sur la voie tracée par les atlas de la biodiversité communale.

Les collectivités désireuses de se lancer dans la démarche peuvent se faire connaître en remplissant un questionnaire en cliquant sur le lien suivant :

Répondre au questionnaire et participer à la démarche 

 

Afin d’accompagner la démarche, un guide ABC : « Atlas de la Biodiversité Communale : s’approprier et protéger la biodiversité de son territoire" est mis à disposition des collectivités. Il a pour objectif de présenter à toute personne intéressée la démarche et le contenu des atlas de la biodiversité communale. La démarche est valable aussi bien à l’échelle communale qu’ intercommunale. Il ne s’agit pas d’un cahier des charges techniques mais bien d’un document permettant de s’approprier ce que sont les ABC et leurs atouts.

Les annexes plus complètes pourront utilement être utilisées par les personnes qui ont la charge d’élaborer un ABC. Une adaptation est sans doute nécessaire pour certains territoires d’outre-mer (notamment concernant les éléments méthodologiques).

Des pistes pour mener à bien votre projet :
 

  • La possibilité d’accueillir des jeunes en service civique
    Le service civique permet à tous les jeunes de 16 à 25 ans qui le souhaitent de s’engager pour une mission au service de la collectivité et de l’intérêt général. Culture, sport, solidarité, environnement, intervention d’urgence etc, les missions de service civique couvrent des domaines prioritaires pour la Nation et pour l’ensemble de la société. Le service civique peut être effectué auprès d’organismes à but non lucratif (associations, fondations, fédérations, ONG) ou de personnes morales de droit public (État, collectivités locales, établissements publics), en France ou à l’international.

    Il donne lieu au versement d’une indemnité mensuelle de 467,34 euros nets par mois prise en charge par l’État et ouvre droit à un régime complet de protection sociale (sécurité sociale, retraite). L’objectif du service civique est d’offrir à tous les jeunes qui le souhaitent l’opportunité de s’engager, de donner de leur temps à la collectivité, tout en renforçant la cohésion nationale et la mixité sociale.

    Dans le cadre des ABC, chaque commune peut accueillir, par période de 12 mois, 2 ou 3 jeunes en service civique pour renforcer la dynamique locale et la mobilisation des acteurs ainsi que du grand public. Il suffira pour cela d’obtenir l’agrément de l’Agence nationale du service civique.

    Pour en savoir plus, consulter le site du service civique.

     
  • Un portrait de biodiversité communale
    Actuellement en cours de développement dans le cadre de l’Observatoire National de la Biodiversité, en lien avec les communes volontaires du programme ABC, il sera à terme disponible pour toutes les communes de France. Il s’agit d’un document - produit automatiquement pour chaque commune - regroupant de manière organisée les données, disponibles au niveau national, sur sa biodiversité et les activités associées.

Premier colloque national sur les ABC : 350 acteurs réunis à Saint-Brieuc

Organisé par l’association VivArmor Nature et la ville de Saint-Brieuc, ce colloque s’est tenu du 23 au 25 septembre 2015 et a réuni plus de 350 participants de métropole et d’outre-mer (collectivités, associations, professionnels, étudiants, etc.).
Lire les actes du colloque de Saint-Brieuc (PDF - 2822 Ko).

De nombreux retours d’expériences ont montré comment l’ABC peut aider les collectivités à agir, et faire de la biodiversité le socle de leur projet de territoire. Un des éléments importants de ces échanges fut la mise en lumière de l’apport des sciences participatives dans la démarche, afin de sensibiliser et d’engager tous les habitants des communes à préserver et valoriser leur capital naturel.
Exemple : la commune de Kernascléden (56) a su créer une offre touristique autour des chauves-souris implantées dans les combles de leur église. Voir le site.

Près de 1000 communes se sont aujourd’hui lancées dans un projet d’atlas communal de la biodiversité :

- soit au travers de la démarche ABC lancée en 2010 par le ministère

- soit au travers d’Inventaires de Biodiversité Communale (IBC) créés et financés par la région Centre Val de Loire

- soit grâce au soutien des Parcs naturels régionaux qui œuvrent dans ce domaine depuis une dizaine d’années (liste en cours de consolidation par la Fédération Nationale des PNR)

Voir la liste des communes impliquées dans un projet d’atlas communal
Pour toute modification à la liste, écrire à

 

Votre contact sur le territoire

la DREAL, la DEAL, la DRIEE (Ile-de-France), la DTAM (St Pierre-et-Miquelon).
 

Imprimer

Liens utiles

Liens utiles :
Publications :