Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

L’Iran annonce la ratification de l’Accord de Paris, présente sa stratégie nationale bas-carbone et adhère à plusieurs coalitions de la COP21

29 août 2016 - COP 21
Imprimer

Ségolène Royal a participé, dimanche 28 août à Téhéran, au Comité interministériel sur le changement climatique à l’initiative de Masoumeh Ebtekar, Vice-présidente d’Iran et Présidente de l’Organisation de l’environnement. Au cours de ce Comité plusieurs avancées ont été annoncées :


I.   La ratification de l’Accord de Paris validée :

  • Le Conseil des ministres iranien a validé l’Accord de Paris en juillet dernier et a transmis, la semaine dernière, le projet au Parlement. Une ratification de l’Accord par Téhéran avant la fin de l’année serait un signal politique fort pour la communauté internationale sur l’importance qu’accorde l’Iran à la lutte contre le changement climatique.

II.   La stratégie bas-carbone présentée :

  • Les effets du changement climatique sont déjà fortement ressentis en Iran. L’assèchement du lac Ouroumieh où Ségolène Royal se rend aujourd’hui en est l’illustration. L’Iran a inscrit dans son 5ème plan quinquennal un programme de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ainsi que des mesures d’atténuation (augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays, mise en place de centrales à cycle combiné, renforcement de l’efficacité énergétique dans plusieurs secteurs stratégiques de son économie).


III.   L’Iran rejoindra plusieurs Alliances et Coalitions pour le climat :

  • L’Iran est impliquée dans l’accélérateur d’efficacité industrielle (IEE) au sein de l’initiative « Energies renouvelables pour tous » (SE4All). Dans le cadre de l’Agenda de l’Action, elle renforcera sa participation en rejoignant les alliances et coalitions, en particulier dans les énergies renouvelables et les villes durables :

- l’Alliance solaire internationale pour développer cette énergie propre et la rendre moins coûteuse dans la zone intertropicale,

- l’initiative mondiale pour les économies de carburant, pour la mise en œuvre de politiques d’économies de carburant dans le secteur automobile,

- l’initiative « Mobilise Your City », qui pourrait aider dans le développement de stratégies de mobilité urbaine durable afin de réduire la pollution atmosphérique et améliorer l’efficacité du trafic,

- l’Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction, qui vise à réduire de moitié les émissions du parc immobilier mondial en augmentant la part du bâtiment écologique,

- le Pacte de Paris sur l’eau et l’adaptation, qui promeut une gestion participative et durable des ressources en eau pour renforcer les prévisions et l’adaptation dans les bassins fluviaux, lacs et aquifères,

- l’Alliance mondiale pour le dessalement propre de l’eau, qui vise le recours à des énergies propres, l’efficience énergétique, et l’innovation technologique,

- l’Alliance mondiale pour la géothermie,

- l’Alliance pour le prix du carbone.

  • Les secteurs des transports aériens et maritimes sont à eux seuls responsables de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La Présidente de la COP21 rappelle qu’un partenaire comme l’Iran est essentiel pour la réussite des négociations dans ces secteurs : mise en place d’un mécanisme de compensation des émissions de l’aviation civile et encadrement des émissions des navires.


Lors de leur entretien, Masoumeh Ebtekar et Ségolène Royal ont défini 4 priorités pour la coopération franco-iranienne : l’efficacité énergétique, la gestion de l’eau, la lutte contre la pollution de l’air et la protection de la biodiversité. Elles seront illustrées à l’occasion du salon iranien de l’environnement en février 2017, avec le soutien des entreprises françaises de ces secteurs ; un pavillon représentera la France sur ce salon. Un plan d’actions a été signé sur ces sujets.

Télécharger le communiqué (PDF - 95 Ko)

Imprimer