Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

L’eau potable en France

20 mars 2013 - Eau et biodiversité
Imprimer

Sommaire :


      

L’eau potable en France

20 mars 2013

L’eau potable, constituant essentiel pour le développement de la vie (pour un être humain, une consommation quotidienne minimale de 1,5 litre d’eau est nécessaire), est soumise en France à la réglementation précisée par le Code de la Santé Publique.



La qualité de l’eau distribuée au robinet du consommateur dépend d’une part de la qualité de l’eau de la rivière ou de la nappe souterraine dans laquelle l’eau est prélevée, d’autre part des traitements effectués après le prélèvement. Il est donc nécessaire de préserver la qualité de la ressource en amont du prélèvement afin de réduire le degré de traitement nécessaire pour sa potabilisation.

De nombreux contrôles sont effectués tout au long de la chaîne de production d’eau potable : au point de captage, à la station de traitement, au niveau des réseaux de distribution...

La qualité de l’eau dans le milieu naturel destinée à l’eau potable appelée « eau brute », est quant à elle régie par le code de la santé publique. 

L’eau potable, c’est en France de l’ordre de 34 000 captages d’eau à raison de 18,5 millions de m3 d’eau prélevés par jour. La protection de la ressource du point de vue qualitatif comme quantitatif constitue donc un enjeu majeur des ministères en vu d’assurer une production pérenne d’eau potable.

La qualité de l’eau distribuée au robinet du consommateur dépend principalement de trois paramètres :

  • De la qualité de l’ « eau brute » ;
  • des traitements effectués après le prélèvement ;
  • et enfin des interactions éventuelles de l’eau avec les canalisations de distribution.

Les solutions envisageables pour la préservation de cette qualité sont donc également de trois types :

  • Préventives (protection de la ressource voire reconquête de la qualité de la ressource)
  • Curatives (abandons de ressources, mélanges, traitement,…)
  • Structurelles (renouvellement et entretien des réseaux, purges...).

Que ce soit pour des raisons environnementales ou économiques, la préservation de la ressource est aujourd’hui un enjeu majeur mobilisant un nombre important d’acteurs. Cette préservation correspond d’ailleurs à une exigence reprise dans l’article 7 de la Directive Cadre sur l’Eau : « réduire le degré de traitement de purification nécessaire à la production d’eau potable ». C’est pourquoi le ministère développe une politique volontariste afin de préserver la ressource en eau et restaurer l’équilibre entre demande en eau et ressource disponible.

Cet objectif inscrit dans la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 a été renforcée par les mesures du Grenelle de l’environnement et confirmée par le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC) présenté le 20 juillet 2011.
 

      
Imprimer