Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Mini-Tab Preview

Salle de lecture

l'efficacité économique et environnementale de la production de porcs sur paille (en Bretagne) -

L’efficacité économique et environnementale de la production de porcs sur paille (en Bretagne)

14 mai 2014 - Développement durable
Imprimer

Commissariat général au développement durable
Études et documents - Numéro 102 - Mai 2014

La conduite sur paille des élevages porcins fait partie des systèmes de production agricoles innovants, visant à concilier performances économiques et environnementales, identifiés dans le cadre du projet agro-écologique lancé par le Ministre de l’agriculture fin 2012. Cet article présente les résultats d’une étude réalisée en 2012 pour le Commissariat général au développement durable à partir d’enquêtes menées sur le terrain auprès d’éleveurs de porcs des Côtes d’Armor par des enseignants-chercheurs d’AgroParisTech. Ce travail a établi le diagnostic agraire d’une petite région agricole où les élevages porcins sont nombreux. Complété par des enquêtes auprès d’éleveurs porcins sur paille dans l’ensemble du département, ce diagnostic a permis d’effectuer des simulations microéconomiques s’appuyant sur le fonctionnement technique concret des systèmes de production. Celles-ci montrent que la conduite sur litière, qui reste peu adoptée à ce jour, peut être une solution adaptée à l’élevage du porc en Bretagne pour répondre aux exigences et enjeux environnementaux, à moindre coût en comparaison des réponses classiquement retenues :

- la conduite sur paille permet de réduire les rejets azotés et d’exporter plus facilement les effluents d’élevage en comparaison de la conduite classique sur caillebotis ; elle est de plus susceptible de contribuer au redressement du taux de matière organique des sols et présente donc des intérêts sur le plan agronomique et environnemental ;

- en outre, elle a des effets positifs sur le bien-être animal, diminue les odeurs, et se traduit dès lors par une plus grande acceptabilité sociale ;

- cette technique permet une ambiance de travail plus agréable (aération, lumière, moindres émanations d’ammoniac et fréquence réduite des traitements vétérinaires sur les animaux…) ;

- enfin, les simulations effectuées sur la base des données technico-économiques collectées lors des enquêtes montrent que l’élevage sur paille peut être viable sur le plan économique, voire plus performant que l’élevage sur caillebotis sous certaines conditions. Il serait un atout lors de la mise en place du plafonnement des apports en phosphore.

Le passage à l’élevage sur paille nécessite cependant un accompagnement renforcé, d’autant plus nécessaire que la recherche s’est jusqu’à présent peu intéressée à ce modèle. La conversion des exploitations serait favorisée par l’établissement d’un solide référentiel qui conforterait la faisabilité technique et l’intérêt économique de cette conduite. Elle pourrait être facilitée par une implication accrue des coopératives agricoles.