Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Année 2013

3 septembre 2013 - Bâtiment et ville durables
Imprimer

Sommaire :


      

L’estuaire de la Charente, site classé en 2013 (Département de la Charente-Maritime)

29 août 2013 (mis à jour le 6 septembre 2013)

Par décret du 22 août 2013 publié au Journal Officiel du 24 août 2013 a été classé parmi les sites du département de la Charente-Maritime l’ensemble formé par l’estuaire de la Charente, sur le territoire des communes de l’Ile d’Aix, Breuil-Magné, Cabariot, Echillais, Fouras-les-Bains, Port‑des‑Barques, Rochefort, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent de la Prée, Saint-Nazaire-sur-Charente, Soubise, Tonnay-Charente, Vergeroux et Yves.



 

Superficie : 17 300 hectares environ, dont 9 800 correspondant au domaine public maritime
Critères de classement : historique et pittoresque

L’arsenal de Rochefort, implanté à compter de 1666 sous l’égide de Colbert sur l’estuaire de la Charente, fut l’un des premiers complexes militaro-industriels au monde. Le littoral et les rives du fleuve furent fortifiées, des bassins creusés, de magnifiques bâtiments édifiés (telle la corderie royale), une ville construite ex-nihilo. Ce magistral ordonnancement du paysage de l’estuaire est un véritable chef d’œuvre, digne du Grand Siècle qui l’a conçu. Fonctionnel jusqu’en 1927, l’arsenal a induit une activité technique, scientifique, artistique et culturelle qui procure encore de nos jours à Rochefort un rayonnement exceptionnel pour une ville de quelque 30 000 habitants. La corderie, objet d’une spectaculaire restauration dès 1974, et aujourd’hui siège d’institutions d’importance nationale, en reste un des éléments majeurs, mais on peut également citer le musée national de la Marine, le musée de l’École de Médecine navale, le service historique de la Marine, la maison de Pierre Loti, (sans oublier la reconstruction à l’identique de la frégate du XVIIIème siècle l’Hermione). Cet ensemble est unifié par le cours de la Charente, fleuve modeste qui prend de l’ampleur sur ses derniers kilomètres, en décrivant quelques majestueux méandres.

Sur quelque 17 300 hectares (dont 9 800 de domaine public maritime) intéressant 14 communes, cet exceptionnel site classé, qui va prochainement faire l’objet d’une Opération Grand Site, protège désormais les rives de la Charente, de Cabariot et Saint-Hippolyte en amont, jusqu’à Port-des-Barques et Fouras en aval, ainsi que l’estran et la mer de part et d’autre de l’embouchure du fleuve, en incluant l’île Madame, l’île d’Aix et l’essentiel de la baie d’Yves.

      
Imprimer