Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

L’exploitation commerciale des Latécoère 631

15 septembre 2016 - Transports
Imprimer

Appareil de gros tonnage et à grand rayon d’action, le Latécoère 631 n’a effectué qu’une courte carrière commerciale, de 1945 à 1955. Précurseur et innovant à la fin des années trente, époque de sa conception, ce géant des airs vit son destin contrarié par la guerre.


Plus gros appareil en service au monde lorsqu’il fut mis en exploitation par Air France, en 1947, il devint l’emblème de la renaissance de l’aviation française d’après-guerre.
Il était pourtant déjà dépassé, et il entrait en service alors même que l’aviation terrestre prenait le pas sur l’hydraviation. De surcroît, sa brève histoire fut endeuillée par des accidents dramatiques, qui mirent prématurément fin à son exploitation. Sur les onze exemplaires construits, seuls quatre eurent une réelle activité commerciale. Les autres n’effectuèrent que des campagnes d’essais, et la construction de l’un d’entre eux n’alla d’ailleurs pas jusqu’à son
terme.

L’histoire du 631 est étroitement liée à celles de Biscarrosse et de la ligne des Antilles, et ce livre renoue avec l’enthousiasme qui marqua le début des vols.
Il retrace les périodes peu connues de l’exploitation du Laté par la SEMAF puis par France-Hydro et s’efforce de mettre en lumière la complexité des relations entre les sociétés exploitantes et les services de l’Etat. Il évoque aussi les hydrobases liées à son histoire, celle des Hourtiquets en premier lieu, mais également celles de Port-Etienne, Fort-de-France, Douala, Léré ou Dakar. L’ouvrage décrit enfin les accidents qui jalonnèrent la vie du Laté, en s’attachant
aux questions techniques, aux analyses des commissions d’enquête et, bien sûr, aux aspects humains de ces drames.

Trop tôt, trop tard… les services de l’État mirent sans doute trop d’espoirs dans cet appareil, conduisant à une mise au point à marche forcée et à une mise en ligne précipitée. Avion malchanceux, le Latécoère 631 a tout de même à son actif d’avoir effectué durant un an la plus longue liaison commerciale sans escale, de Port-Etienne à Fort-de-France (4 700 km) et d’avoir battu plusieurs records du monde. Pour tous ceux qui ont participé à sa courte vie, et dont l’on retrouvera dans ces pages les noms et parfois les visages, l’aventure du Latécoère 631 est restée l’un des moments les plus intenses de leur carrière.
Ils étaient jeunes et avaient tous la certitude de réussir ce défi.

 

 

Imprimer

Liens utiles