Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

L’initiative africaine pour les énergies renouvelables lancée à la COP21 a beaucoup avancé - Bilan

17 novembre 2016 - COP 21
Imprimer




Ségolène Royal, présidente de la COP21, a participé le 16 novembre à l’invitation d’Alpha Condé, Président de la Guinée et coordinateur de l’Afrique pour les énergies renouvelables, à une réunion de haut niveau sur l’initiative africaine pour les énergies renouvelables lancée à la COP21 en présence du Président de la République française François Hollande.
Participaient également à cette réunion le Président de la COP22, la Présidente du Libéria, les Présidents du Botswana et du Togo et la Commission de l’Union africaine.


« J’ai fait de cette initiative une priorité de ma présidence de la COP » a dit Mme Royal. « De nombreux progrès ont été réalisés sur la structure de l’initiative, avec la création de l’unité indépendante de mise en œuvre de l’initiative, hébergée par la Banque Africaine de Développement, et à laquelle la France est le premier pays à contribuer pour 6M€ ».

La France a été remerciée pour avoir tenu son engagement en apportant cette contribution.

En marge de l’Assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre dernier, la présidente de la COP21 avait présenté un rapport, conçu comme outil d’aide à la décision, sur l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, où sont recensés 240 projets, représentant un potentiel de 45GW en énergies renouvelables, permettant de contribuer à la mise en œuvre de l’initiative. L’objectif est d’atteindre 10 GW d’énergies renouvelables en Afrique d’ici 2020, grâce à la mobilisation entre 2016 et 2020 de 10 Md$ supplémentaires annoncés à Paris par les bailleurs, dont une contribution de 2 Md€ de la France.


« La COP22 est une COP africaine, COP de l’action. Elle doit donc permettre de franchir une nouvelle étape dans la mise en œuvre opérationnelle de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, en marquant le déclenchement de projets concrets » a déclaré Ségolène Royal.

Aussi, la Présidente de la COP21 s’est félicitée de l’annonce par Neven Mimica, commissaire européen au développement, que l’Union européenne financerait l’installation de 5GW de capacités nouvelles d’énergies renouvelables sur le continent, et de sa proposition de financer sans attendre plusieurs projets prioritaires : le barrage régional de Ruzizi III de 147 MW (Burundi, Rwanda, République démocratique du Congo), la centrale solaire de 30 MW à Djermaya (Tchad), et des projets d’électrification. L’enjeu est en effet aussi de donner accès à l’électricité aux 700 millions d’Africains qui en manquent aujourd’hui cruellement.

A cette occasion, Ségolène Royal a salué les efforts du Président guinéen Alpha Condé, coordinateur de l’Afrique pour les énergies renouvelables et lui a remis le « Trophée de la planète ». La Présidente de la COP21 se félicite de l’annonce par Alpha Condé de la concertation qu’il a engagée avec les chefs d’États africains en vue de sélectionner début 2017 des projets prioritaires supplémentaires à financer sans délai.

Ségolène Royal a ensuite participé, avec le président de la République française, au sommet de l’action des chefs d’État africains, organisé en marge de la COP22 sous la présidence du Roi Mohammed VI et en présence du Secrétaire général des Nations-Unies Ban Ki-moon, du président guinéen Alpha Condé, du président de la COP22 Salaheddine Mezouar et du président de la Banque Africaine de Développement Akinwumi Adesina. La déclaration finale du Sommet, lue par le président du Sénégal Macky Sall, apporte tout son soutien à l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables.


Télécharger le communiqué (PDF - 112 Ko)


Contact presse : 01 40 81 78 31

 

Imprimer