Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

La DGAC et l’OACI signent un accord de coopération en matière de formation

28 septembre 2016 - Transports
Imprimer
A l’occasion du 2ème Forum mondial de l’aviation civile, la Direction générale de l’Aviation civile française (DGAC) et l’Organisation de l’Aviation civile internationale (OACI) ont signé ce jour un accord de coopération en matière de formation.

 

Institution spécialisée de l’ONU pour gérer l’aviation civile mondiale, l’OACI est soucieuse de
développer une aviation qui soit partout dans le monde aux meilleurs niveaux dans tous les
domaines, aussi bien ceux de la sécurité et de la sûreté que ceux de l’environnement ou
encore de l’efficacité économique. C’est pourquoi elle a lancé en 2014 une campagne intitulée
« Aucun pays laissé de côté », invitant notamment les pays les plus avancés à coopérer en ce
sens.

Dans cet esprit, la DGAC française a décidé de s’engager dans une démarche pluriannuelle
pour proposer un programme de formation à destination des aviations civiles qui
souhaiteraient en bénéficier. La DGAC prévoit ainsi de consacrer 1 million d’euros sur les trois
ans à venir pour offrir des stages, dans différents domaines et de différentes durées (allant de
quelques jours à des mastères spécialisés d’un an). Ils seront organisés au sein de l’école
nationale de l’Aviation civile (ENAC), reconnue par l’OACI comme centre régional d’excellence
de son programme « TRAINAIR + ».

Au titre de l‘accord signé aujourd’hui par M. Patrick Gandil, Directeur général de l’Aviation
civile française, et Mme Fang Liu, Secrétaire générale de l’OACI, ce programme de formation
sera élaboré par la DGAC et l’ENAC en concertation étroite avec l’OACI, qui pourra ainsi faire
part de ses propositions, sur les thèmes comme sur les pays à retenir.

Patrick Gandil a motivé cette initiative en déclarant : « forte de plus de 100 ans d’expérience
aéronautique, la France est convaincue des bénéfices de l’aviation pour développer les
relations entre les peuples et les échanges économiques. C’est pourquoi elle souhaite
s’engager toujours plus aux côtés de l’OACI pour partager largement son expertise et, en
formant les cadres d’autres aviations civiles à travers le monde, contribuer au développement
d’une aviation la plus sûre, la plus efficace et la plus durable possible ».
Le Dr Liu a déclaré : « L’OACI voit ce partenariat comme un modèle qui devrait encourager
d’autres États développés à offrir des programmes similaires. L’esprit de solidarité démontré
par cette aide contribuera à assurer qu’aucun pays ne soit laissé de côté dans le domaine de
la formation aéronautique ».

« Je tiens à remercier la France, sa Direction générale de l’Aviation civile, et l’école nationale
de l’Aviation civile, un centre régional d’excellence TRAINAIR + de l’OACI, pour leur
générosité. Cette aide contribuera directement au développement durable de l’aviation civile
internationale en abordant le besoin considérable en ressources humaines, nécessaire à la
lumière des prévisions de croissance phénoménales dans ce secteur ».

 

 

Mme Fang Liu (Secrétaire générale de l’OACI) et Patrick Gandil (Directeur général de l’Aviation civile Française)

Imprimer