} La gestion du trait de côte, une démarche structurée en pleine évolution - Ministère du Développement durable Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le trait de côte, évolution et changement climatique

 

Le trait de côte est une courbe/ligne représentant l’intersection de la terre et de la mer dans le cas d’une marée haute astronomique de coefficient 120 et dans des conditions météorologiques normales. Par extension, c’est la limite entre la terre et la mer.
L’érosion des côtes est un phénomène naturel que l’on observe partout dans le monde. En France, près d’un quart du littoral s’érode. Ce phénomène peut avoir un impact important sur les activités humaines, en matière de développement économique, d’urbanisation du littoral, de tourisme et de protection de la biodiversité.


2 mars 2012 - Mer et littoral
Imprimer

Sommaire :


      

La gestion du trait de côte, une démarche structurée en pleine évolution

6 janvier 2010 (mis à jour le 17 janvier 2011)


Une nouvelle dimension dans la gestion du trait de côte apparaît aujourd’hui, au delà des deux techniques dites souples et dures. En effet, cette gestion s’inscrit désormais dans une volonté d’application de développement durable. Ainsi, l’un des enjeux est d’arriver à combiner les différentes démarches dans une logique plus globale de réflexion d’aménagement du territoire, et de prévoir sur le long terme les conséquences des choix relatifs à la défense contre la mer sur les usages du littoral.
De par ce nouvel enjeu, la gestion durable du trait de côte commence par la réalisation d’études détaillées pour évaluer la nécessité d’un aménagement et son impact à moyen terme sur l’évolution de la dynamique du site à protéger. De nombreuses disciplines sont donc mobilisées avant toute intervention : géomorphologie, dynamique sédimentaire, hydrométéorologie... . Ces informations sont souvent insuffisantes et la modélisation de certains phénomènes est alors indispensable, permettant le choix le plus judicieux d’aménagements et de techniques de défense contre la mer.
L’ampleur de cet effort doit être l’occasion d’inscrire les opérations dans une approche plus globale, qui fait l’objet d’une évaluation pour démontrer la pertinence du choix proposé. Cette approche globale doit permettre d’agir en premier lieu sur la prévention, et où le maître d’ouvrage se sera engagé à mettre en place un suivi du trait de côte.

      
Imprimer