Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

La résilience : un notion utile pour l’adaptation au changement climatique

27 novembre 2015 - Eau et biodiversité
Imprimer

La résilience est abordée à la Conférence - Paris climat, le mercredi 2 décembre. Notion complexe en écologie et mais utile pour l’adaptation au changement climatique. Définition ....


Notion issue de la physique, la résilience désigne la capacité d’un matériau à retrouver sa forme initiale après une déformation. En sociologie et en psychologie, la résilience est la capacité de reconstruction d’un individu ou d’un groupe après un traumatisme. En écologie, la résilience est définie comme la capacité d’un écosystème à retrouver ses fonctions après des perturbations importantes, qu’elles soient naturelles (incendie, inondation, tempête…) ou liées aux activités humaines (chasse, pratiques agricoles, pesticides…). Par exemple, la résilience d’un écosystème forestier après un incendie décrit sa capacité à se reconstituer à partir de la repousse d’arbres résistants, des graines dans le sol, des graines apportées par le vent, des animaux… Autre illustration : l’agroforesterie est un ensemble de techniques agricoles favorables à la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques, grâce à la protection des cultures contre les excès climatiques (vent, froid, tempêtes, inondations…), à la limitation du ruissellement et de l’évaporation, à la diversification des productions sources de revenus.

La notion de résilience est aussi utilisée pour étudier la capacité des sociétés à faire face à des changements environnementaux ou à des modifications de leur organisation sociale et économique. Par extension, on parle de résilience territoriale pour désigner la capacité d’un territoire à anticiper des perturbations et à en minimiser les effets grâce à la veille et à la prospective, ainsi que sa capacité à se relever et à rebondir grâce à l’apprentissage, l’adaptation et l’innovation.

 

Crédit photo de Une : Olivier Brosseau

Imprimer