Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Mini-Tab Preview

Salle de lecture

La ville intelligente : état des lieux et perspectives en France -

La ville intelligente : état des lieux et perspectives en France

13 novembre 2012 - Développement durable
Imprimer

Commissariat général au développement durable
Études et documents - Numéro 73 - Novembre 2012

Il n’existe pas, aujourd’hui, de ville intelligente (« smart city ») à proprement parler. Cela dit, l’introduction des TIC dans la ville ouvre la voie à de nouvelles fonctionnalités, de nouvelles manières de gérer, de gouverner et de vivre la ville qui façonneront les villes de demain.

Les objectifs de la ville intelligente se situent dans le prolongement de ceux de la ville durable, et auront pour caractéristiques essentielles de :

Répondre à un objectif de sobriété dans l’utilisation des ressources

Les économies d’eau, l’écrêtement des périodes de pointe dans la consommation d’électricité, une consommation d’énergie maîtrisée grâce aux dispositifs de mesure en temps réel, une minimisation des pertes dues aux vieillissement des réseaux etc.

Tous ces enjeux vont dans le sens d’une optimisation de la gestion des ressources énergétiques, qui est un des objectifs principaux de la ville intelligente. Ses modalités de réalisation technique passent principalement par la mise en place de « smart grids »

Mettre l’usager au coeur des dispositifs

Outre un accès à une gamme de services plus diversifiés, le citoyen–usager devient lui même producteur d’informations en opérant un retour d’expérience sur l’état de fonctionnement de ces services. L’utilisation des systèmes d’information et des moyens de communication internautiques permet au citoyen-usager de signaler à sa collectivité une avarie technique, un dysfonctionnement, créant une boucle de rétroaction allant des utilisateurs aux dispensateurs de services.

Sur le plan de la gouvernance, l’accès facilité aux informations « open data » (répondant ainsi à l’impératif de transparence des activités publiques), comme la possibilité, grâce aux TIC, d’une interaction croissante entre le citoyen et le politique vont également dans le sens d’une plus grande participation des parties prenantes. La ville intelligente est celle qui ménagera la création d’un espace public numérique où l’aller-retour entre le gouvernant et le gouverné sera accéléré.

Permettre une approche systémique de la ville

Il s’agit de dépasser les approches sectorielles séparant transport, énergie et bâtiment pour mettre l’accent sur les interactions entre ces différentes composantes rendues possibles par le développement des TIC. Cette approche systémique de la ville, dont tout le monde s’accorde à reconnaître aujourd’hui la nécessité, se heurte toutefois à de nombreux obstacles liés notamment à la prédominance des approches traditionnelles par silos.

Si les TIC en sont une composante forte, l’avenir de la « smart city » tiendra à la capacité qu’aura la ville à devenir intelligente en mettant en place de nouvelles formes de gouvernance, en favorisant l’appropriation par les usagers de ces nouveaux dispositifs et en identifiant des modèles économiques viables qui en soutiendront le développement.