Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le 22 mai, c’est la Journée internationale de la biodiversité !

21 mai 2012 (mis à jour le 2 juillet 2012) - Eau et biodiversité
Imprimer

Le 22 mai, la biodiversité est à l’honneur partout dans le monde. L’occasion de faire le point sur cette notion complexe mais indispensable.


L’usage du mot biodiversité est relativement récent mais la biodiversité, elle, est très ancienne. La diversité biologique actuelle est le produit de la longue et lente évolution du monde vivant sur l’ensemble de la planète. Elle recouvre l’ensemble des milieux naturels et des formes de vie (plantes, animaux, champignons, bactéries, virus…) ainsi que toutes les relations et interactions qui existent entre les organismes vivants eux-mêmes, et entre ces organismes et leurs milieux de vie.

Bref, la biodiversité est là, partout, que l’on parle de paysages naturels, de milieux de vie, d’espèces animales ou végétales, de micro-organismes, de diversité des formes et des coloris des pommes de terre ou des poires... Nous autres humains appartenons à une espèce - Homo sapiens - qui constitue l’un des fils de ce tissu.

Bon d’accord. Mais à quoi sert la biodiversité ?

La biodiversité nous fournit des biens irremplaçables et indispensables à notre quotidien : notre nourriture, l’oxygène, des médicaments, de nombreuses matières premières.
Les milieux naturels et les espèces animales et végétales nous rendent aussi de nombreux services, par exemple :

  • des animaux (insectes essentiellement) assurent la pollinisation des végétaux : sans pollinisation, nos fruits et légumes disparaîtraient des étalages ;
  • des espèces, comme le ver de terre, contribuent à la formation de sols fertiles ; les végétaux, en particulier dans les milieux humides, contribuent à une épuration naturelle de l’eau en y puisant les éléments nécessaires à leur croissance ;
  • les tourbières sont de véritables puits à carbone (stockage naturel) ;
  • les zones humides permettent notamment de prévenir les crues et les inondations en stockant temporairement les eaux ;
  • les milieux naturels et les espaces végétalisés dans les villes structurent nos paysages et améliorent notre cadre de vie, nous offrant autant de lieux pour se ressourcer, se promener, s’émerveiller...

La France, un patrimoine naturel d’une grande richesse

La France possède un patrimoine naturel exceptionnel : le pays, avec la métropole et les territoires d’outre-mer, est présent sur deux continents et dans trois océans. C’est le 2e domaine maritime du monde avec 11 millions de km² (10 % de récifs coralliens et de lagons de la planète sont situés dans les eaux placées sous juridiction française). Cette situation lui confère donc une responsabilité particulière en matière de biodiversité.

C’est la raison pour laquelle la France a ratifié la Convention pour la diversité biologique, en 2002, au Sommet de la Terre à Johannesburg et qu’elle s’est dotée, depuis 2004 de sa Stratégie nationale pour la biodiversité qui fait l’objet d’un bilan annuel. Le Grenelle Environnement et le Grenelle de la Mer sont venus compléter les actions entreprises par de nombreux engagements en faveur de la biodiversité tels que la Trame verte et bleue, la création d’aires protégées, les nouveaux plans pour les espèces en danger d’extinction, la création de parcs naturels marins...

Le thème 2012 de la Journée internationale de la biodiversité : la biodiversité marine et littorale
L’océan constitue plus de 90% de l’espace habitable de la planète. Une multitude de formes de vie dépend de l’océan, depuis la baleine bleue, qui est l’animal la plus grand de la planète, jusqu’aux microorganismes tels que le phytoplancton qui fournissent 50% de l’oxygène sur Terre. La biodiversité marine fournit des produits de base et des services indispensables à la vie humaine et à la réduction de la pauvreté. Cette année, elle est à l’honneur de la Journée internationale de la biodiversité. En savoir plus

L’érosion de la biodiversité en chiffres

  • Chaque année en France, plus de 60 000 ha de terrains agricoles et de milieux naturels sont transformés en routes, habitations, zones d’activités : c’est l’équivalent d’un département comme les Deux-Sèvres tous les 10 ans !
  • Selon les scientifiques, la moitié des espèces vivantes que nous connaissons pourrait disparaître d’ici un siècle, compte tenu du rythme actuel de leur disparition : 100 à 1000 fois supérieur au taux naturel d’extinction,
  • La France (métropole et outre-mer) se situe au 8e rang des pays abritant le plus grand nombre d’espèces mondialement menacées (par exemple, le dugong, la tortue luth, l’albatros hurleur…).

La biodiversité en images

 

Imprimer