Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le financement participatif, un moyen d’action des citoyens pour la transition écologique et énergétique

8 décembre 2015 - Développement durable
Imprimer

Samedi 5 décembre, journée de l’action et des solutions, le commissariat général au développement durable organisait avec l’association financement participatif France une conférence-débat dans les espaces générations climat. Retour sur la conférence-débat sur le financement participatif, un moyen d’action des citoyens pour la transition écologique et énergétique.


Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durable, a introduit ce side event en réaffirmant le soutien du ministère à la participation citoyenne à la transition écologique et énergétique, et à ces nouveaux modèles, à la croisée des chemins entre économie numérique et économie solidaire. Elle a expliqué l’articulation de ces pratiques avec l’évolution du rôle de l’Etat, qui passe d’une fonction principale de contrôle à une posture de facilitation et d’animation. Allusion aux négociations interétatiques à la COP21, qui se déroulent dans un cercle fermé entre politiques, diplomates et experts, « il n’y a rien de pire », selon elle, « que d’avoir le sentiment qu’on ne peut rien faire » en tant que simple citoyen. Elle a donc rappelé les engagements forts du ministère pour faire avancer le développement du financement participatif : le processus de labellisation qui va être mis en place, et la rédaction des décrets pour tirer parti au maximum des avancées voulues par la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Suite à l’intervention inspirante et énergique de la Commissaire générale au développement durable, une vidéo de présentation du financement participatif pour la transition écologique et énergétique a été projetée, illustrant de nombreux exemples de projets de transition écologique et énergétique qui ont été financés par ce moyen. Des témoignages de contributeurs ont permis de comprendre quelles valeurs et quelles motivations poussent les gens à investir dans la transition énergétique et écologique.

Le débat qui a suivi a permis d’approfondir les modèles des plateformes, telles que 1001pact et Lendosphere (prêt dans les énergies renouvelables), ainsi que les différentes façons de faire participer les citoyens aux projets. Les porteurs de projet de transition énergétique Valorem, Comwatt et la SEM Sergies nous ont expliqué pourquoi ils avaient fait appel à ce système, et ce que ça leur a apporté. Leur conclusion : aucune raison valable pour ne pas le faire ! C’est simple et extrêmement bénéfique pour le projet et l’entreprise. Le Crédit coopératif a lui aussi apporté son point de vue de banquier coopératif sur le secteur, proche selon lui du monde des coopératives. L’importance d’offrir aux épargnants la possibilité de flécher leur argent en toute transparence a été soulignée. Ce débat particulièrement constructif s’est conclu sur les perspectives d’avenir proche et les obstacles encore existant au développement : système énergétique complètement centralisé, limites de la loi crowdfunding...

Pour finir cet évènement, devant un public international et extrêmement réceptif, le commissariat général au développement durable a remis à deux crowdfunders anonymes des prix symboliques, pour les récompenser de leur contribution à la transition écologique et énergétique. Leurs témoignages ont été particulièrement inspirants et démonstratifs : on peut parier que la majorité de la salle a été convaincue de tous les avantages qu’il y a à épargner dans les énergies renouvelables !
 

Imprimer