Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le génie écologique : des entreprises au service de la biodiversité

Restaurer les cours d’eau, entretenir les espaces naturels ou encore préserver la biodiversité dans les projets d’aménagement sont autant de compétences qui relèvent du génie écologique. Cette filière permet de répondre à des enjeux environnementaux devenus incontournables pour les acteurs publics comme pour le secteur privé.


3 juin 2014
Imprimer

Sommaire :


      

Le grand prix « le génie écologique au service de la politique de l’eau »

3 juin 2014 (mis à jour le 12 novembre 2014)


Le Grand prix du génie écologique a été remis par Ségolène Royal, lors du colloque sur les 50 ans de la politique de l’Eau, le 21 octobre 2014.

Des savoir faire exceptionnels ont été récompensés dans sept catégories : 

  • pour la catégorie «  le génie écologique au service de la gestion alternative des eaux usées et pluviales  », le projet « Traitement des eaux usées domestiques par filtres plantés de macrophytes : développement de filières innovantes et adaptation au contexte tropical des DOM (Projet ATTENTIVE) » porté par Irstea, en partenariat avec l’Office de l’Eau de Martinique, l’Office de l’Eau de la Guadeloupe, l’Onema, SICSM et COTRAM Assainissement.
     
  • pour la catégorie « le génie écologique au service de la lutte contre les pollutions diffuses agricoles » le projet « Zone Tampon Humide Artificielle pour réduire les transferts de pollution diffuse d’origine agricole : le site pilote de Rampillon (Seine et Marne) » porté par Irstea, en partenariat avec AQUI’Brie, le Syndicat du Ru d’Ancoeur, un collectif d’agriculteurs du bassin versant de Rampillon (M. Bruno, M. R. Taillieu, M. Chatriot, M. H. Tailleu), la Mairie de Rampillon, CIAE et SETHY, et avec notamment le soutien de l’Agence de l’eau Seine-Normandie.

     
  • pour la catégorie « le génie écologique au service de la préservation de la ressource en eau potable  », le projet « Aménagement concerté d’un site de captage » porté par le Syndicat Mixte de Production d’eau potable du Bassin Rennais (SMPBR), en partenariat avec l’ONF, Etudes et Chantiers, Bretagne Vivante SEPNB, Travaux Spéciaux Raisonnés, OCRE et un exploitant agricole (M. Persemaie).
     
  •  pour la catégorie «  le génie écologique au service de la prévention du risque inondation », le projet « Zones d’expansion des crues de la Borre Becque à Hazebrouck, Borre et Vieux Berquin » porté par l’Union Syndicale d’Aménagement hydraulique du Nord (USAN), en partenariat avec l’Agence de l’eau Artois-Picardie, la région Nord Pas de Calais, la DREAL Nord Pas de Calais, la SARL Lebleu, Artelia, Axeco, le groupe NGE, Société Nouvelle Brosset et Orme Activité.
     
  •  pour la catégorie «  le génie écologique au service de la préservation des écosystèmes continentaux », le projet « L’Orne renait à l’Enfernay : restauration de la continuité écologique du fleuve Orne dans la Suisse normande (Calvados) » porté par la société CE3E, en partenariat avec le maître d’ouvrage M. Michel Gosselin, les entreprises LAFOSSE & Fils et HELLOUIN et l’Agence de l’eau Seine-Normandie.
     
  • pour la catégorie «  le génie écologique au service de la préservation des écosystèmes littoraux  », le projet « Opération RECIFS PRADO » porté par la ville de Marseille, en partenariat avec BRL ingénierie, le GIS Posidonie et P2A Développement, et avec notamment le soutien de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse.
     

Le Grand Prix a quant à lui été décerné au projet "Restauration d’un réseau de zones humides sur le territoire de la communauté urbaine de Strasbourg" porté par la Communauté Urbaine de Strasbourg en partenariat avec SINBIO, le Parc Départemental d’Erstein (entité du Conseil Général du Bas Rhin) et Nature et Techniques
 

Pourquoi un Grand Prix dédié au génie écologique ?

Le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) a identifié le génie écologique comme l’une des « filières stratégiques de l’économie verte » faisant l’objet d’un plan d’action pour favoriser son développement.

Insuffisamment connue des maîtres d’ouvrages publics et privés, cette filière contribue pourtant à la préservation des écosystèmes, et en particulier des milieux aquatiques. Elle participe donc à l’atteinte des objectifs de la politique de l’eau, tout en créant des emplois non délocalisables.

Aussi, ce grand prix national du génie écologique répond-il à un double objectif :

  • offrir davantage de visibilité à la filière, en mettant en avant des réalisations exemplaires ;
  • marquer l’évolution de la politique de l’eau vers des politiques connexes, et en particulier vers la préservation des milieux aquatiques et de la biodiversité associée.

Ce prix permet de récompenser les projets les plus exemplaires, et d’inciter tous les maîtres d’ouvrage à s’en inspirer.

Un jury d’experts

Le jury a été constitué sur le modèle d’un comité de bassin et comptait les représentants suivants :

  • élu : André Lefebvre (conseil régional de Bourgogne – CA Loire Bretagne),
  • représentant du monde économique : Patrick Lefebvre (ex Roquette – au CA d’Artois Picardie),
  • représentant d’une association environnementale : Philippe Lagauterie,
  • personnalité qualifiée « ingénierie écologique » / président du jury : Luc Abbadie (directeur de recherche en écologie – CNRS),
  • personnalité qualifiée : Jean-Luc Bertrand-Krajewski (enseignant chercheur en hydrologie urbaine – INSA de Lyon),
  • personnalité qualifiée littoral : Fabrice Bernard (Conservatoire du littoral),
  • représentante de l’ASTEE, co-organisatrice du prix : Anne-Marie Levraut.
     

 

Pièces à télécharger

 

      
Imprimer