Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les ressources minérales

20 octobre 2011
Imprimer

Sommaire :


Le nickel en Nouvelle-Calédonie

10 mars 2010 (mis à jour le 2 juillet 2012)


Organisation de la production minière (PDF - 116 Ko)

La réglementation applicable
De par la répartition des compétences, il existe aujourd’hui différents régimes miniers applicables sur un même site :

-  l’Etat pour fixer la réglementation applicable aux substances utiles à l’énergie atomique ;

-  le congrès pour établir la réglementation relative aux hydrocarbures, au nickel, au chrome et au cobalt ;

-  les Provinces pour édicter la réglementation minière pour les autres substances.

La production minière

  2007 2008
Production minière (en T de Ni contenu)  125 364  102 584
Production de nickel primaire (en T de Ni contenu)  44 954  37 468

La Nouvelle-Caéldonie se situe au 5ème rang mondial des producteurs de nickel minier derrière la Russie, le Canada, l’Australie et l’Indonésie.
 

Les principaux acteurs industriels et les grands projets miniers

  • La SLN
    Filiale du groupe français Eramet, la SLN est présente depuis plus de 100 ans sur le territoire néo-calédonien. La SLN exploite 4 sites miniers en Nouvelle-Calédonie : Népoui, Thio, Kouaoua et Thiebaghi qui alimentent en minerai l’usine pyrométallurgique de Doniambo.
    La SLN emploie 2 400 salariés (à 95% néo-calédoniens) et représente le premier contribuable de Nouvelle-Calédonie.
  • Projet Goro Nickel
    D’une capacité de 60 000 T/an de nickel et de 5 000 T/an de cobalt, l’usine hydrométallurgique de Goro Nickel, dont la construction a démarré en 2005, devrait prochainement démarrer. Le procédé utilisé est un procédé de lixiviation acide sous pression, qui permet de valoriser les gisements latéritiques riches et les garniérites.
    Le site devrait employer à terme plus de 800 personnes.
    Soutenu par l’Etat français, ce projet a bénéficié d’une aide à l’investissement productif (défiscalisation Girardin).
    Le groupe brésilien Vale, principal actionnaire du projet Goro Nickel, a pris plusieurs engagements vis-à-vis de l’environnement et des populations du sud de la Nouvelle-Calédonie : pacte du grand sud, création du comité consultatif coutumier, convention pour la protection de la biodiversité…
  • Projet Koniambo
    D’une capacité de 60 000T/an de nickel, l’usine pyrométallurgique de Koniambo devrait démarrer en 2012. Le procédé utilisé, qui diffère légèrement de celui de l’usine de Doniambo exploitée par la SLN, nécessite la construction d’une centrale à charbon de 2 x 135 MW. Il permet de valoriser les garniérites (minerai riche en nickel).
    850 personnes à terme seront nécessaires pour exploiter le complexe industriel.
    Egalement soutenu par l’Etat français, ce projet a bénéficié d’une aide à l’investissement productif.
    La société KNS, détenue à 51% par l’entreprise calédonienne SMSP et à 49% par le groupe suisse Xstrata, exploitera le projet Koniambo. Elle a signé en février 2007 une charte environnementale avec la Province Sud. Elle s’y engage à mettre en place une politique de transparence et à créer un comité de concertation qui suit les aspects environnementaux du projet.

Liens utiles

  • Schéma de mise en valeur des richesses calédoniennes
    Le congrès de Nouvelle-Calédonie a adopté le 18 mars 2009 le schéma de mise en valeur des richesses minières Il doit permettre le développement de l’activité minière dans le respect des populations et de l’environnement.
    http://dimenc.gouv.nc/portal/page/portal/dimenc/les_services/mines_carrieres/telechargement
  • Centre National de Recherche Technologique (CNRT) Nickel
    Créée en octobre 2007, le CNRT Nickel (lien vers le site ) est un outil de soutien à la recherche fondamentale et appliquée dans 3 thématiques complémentaires : nickel & technologie, nickel & société et nickel & environnement.
  • DIMENC
    La DIMENC exerce diverses missions pour le compte de la Nouvelle-Calédonie et des trois Provinces. Elle est composée de quatre services : service industrie, service de la géologie des mines, service de l’énergie et laboratoire d’analyses minérales.

 

Imprimer