Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le plan d’adaptation de la gestion de l’eau en agriculture est mis en oeuvre

20 mars 2013 - Eau et biodiversité
Imprimer

Le ministère du Développement durable et le ministère de l’Agriculture ont présenté, mercredi 16 novembre 2011, le contenu du nouveau plan de la gestion de l’eau en agriculture qui s’articule autour de deux volets : la création de nouvelles retenues d’eau et la réduction des volumes d’eau prélevés.


Dans la perspective du changement climatique, qui se traduira par un accroissement des besoins en eau des plantes et une tension plus forte sur les ressources, il importe de sécuriser l’irrigation pour assurer la pérennité de l’activité agricole et de réduire la pression sur la ressource en eau pour conserver voire restaurer l’équilibre biologique des milieux aquatiques. Tel est l’objet du plan d’adaptation de la gestion de l’eau en agriculture.

Le premier volet du plan concerne la création des retenues

Son objectif est de mieux assurer l’équilibre entre les besoins de l’irrigation et les ressources disponibles. Il s’agit de soutenir la construction de retenues d’eau supplémentaires, dès lors qu’elles ne conduisent pas à une remise en cause des objectifs de la directive cadre européenne sur l’eau.

Ce volet prévoit en particulier :

  • des modifications législatives et réglementaires dont la publication est prévue pour le premier trimestre 2012 et qui favoriseront l’émergence et la réalisation de projets de retenues,
  • des aides financières de l’Union européenne et des agences de l’eau, à hauteur respectivement de 15 et 75 millions d’euros, qui permettront d’engager dans les cinq ans la création d’une capacité de stockage supplémentaire de l’ordre de 40 millions de m3.

Le second volet du plan vise à favoriser une meilleure utilisation de l’eau

Cet objectif passe par la réduction des volumes d’eau prélevés sur 14 000 hectares, en implantant des cultures plus économes en eau (soja par exemple pour développer la production de protéines végétales, à la place du maïs).

A cet effet, un montant d’aides européennes et nationales de 27 millions d’euros sera mobilisé sur le programme européen de développement rural et un appel à projet est lancé auprès d’opérateurs économiques pour mettre en œuvre ces mesures.

Des actions visant à améliorer l’efficience des systèmes d’irrigation seront également soutenues et l’effort de recherche sur la diversification des cultures pour l’économie d’eau sera poursuivi.

Imprimer