Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les applications satellitaires au service du développement durable

 

Comment les technologies spatiales peuvent-elles faciliter la mise en oeuvre des politiques du ministère ?

 

Le plan 2011 sur les applications satellitaires apporte une réponse à cette question.

 

Il se positionne comme l’outil stratégique et opérationnel du ministère. L’objectif est d’améliorer la réalisation de ses missions par le recours à des méthodologies utilisant des données issues de l’espace.

 

Il identifie les contributions que les applications satellitaires peuvent apporter à l’horizon 2015 sur les champs d’intervention du ministère. Depuis le 24 février 2015 date du dernier comité de suivi du plan d’actions, le processus d’actualisation est engagé avec les parties prenantes ; l’objectif est d’actualiser à l’aune des pratiques et des enjeux le contenu du plan pour les cinq prochaines années (2016-2020).
 


21 mars 2016
Imprimer

Sommaire :


      

Le plan d’applications satellitaires

9 février 2012 (mis à jour le 7 avril 2016)


Les applications spatiales constituent une source d’innovation importante et représentent un marché mondial en forte croissance. Les marchés de la navigation et de la géolocalisation par satellite ont par exemple enregistré un taux de croissance annuel de 24% sur la période 2009–2010. Le rapport sur les filières industrielles stratégiques de l’économie verte et équitable publié en 2010 a par ailleurs montré que la France possède un véritable leadership dans le domaine des applications spatiales, position qu’il convient de conforter dans une période où de nombreux secteurs de l’économie s’interrogent sur leur avenir.

L’Europe met désormais à disposition des scientifiques, des acteurs économiques, et plus généralement des citoyens, une infrastructure spatiale et des services performants pour aborder les défis du développement durable. Galileo, le système global de navigation par satellite, devrait être mis en service en 2014. Les premiers satellites Sentinel de l’initiative européenne GMES relative à la surveillance globale de notre environnement devraient être lancés très rapidement, tandis que les services européens d’observation de la terre livreront leurs premières données en 2014. Des initiatives intergouvernementales complètent d’ores et déjà cette offre. Sont notamment en jeu : la connaissance fine et homogène des territoires, de l’atmosphère et de la mer, le développement des modes de transport moins nuisants pour l’environnement, la prévention et la gestion des crises.

La première version du plan, publiée en 2007, se concentrait sur les technologies liées aux transports et à la mobilité. La création du ministère du développement durable et la publication des lois Grenelle réorientent les réflexions et l’action du ministère et les applications satellitaires nécessaires à la mise en oeuvre des priorités du ministère se multiplient.

Ainsi, par exemple, les satellites d’observation météorologique et d’océanographie fourniront les données indispensables, sur de vastes territoires, pour une modélisation fine des phénomènes naturels exceptionnels. Ces prévisions aideront notamment les décideurs à faire des choix et prendre les mesures de protection des populations.

De même l’imagerie satellitaire à haute résolution permet un suivi efficace et homogène de l’étalement urbain tout en aidant à préserver le vivant et les milieux fragiles. A plus long terme, les satellites seront capables de mesurer les pollutions atmosphériques et d’assurer une corrélation équitable entre payeurs et pollueurs.

Compte tenu de ce contexte, le ministère a lancé la révision du plan d’applications satellitaires de 2007 et l’a étendu à son nouveau périmètre. L’objectif est d’identifier les opportunités ouvertes par les applications satellitaires à l’horizon 2015, de définir en commun de façon concertée les domaines pertinents à retenir et de valider un plan d’actions qui réponde aux priorités du ministère, portées par le Grenelle de l’environnement et le Grenelle de la mer.

      
Imprimer