Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le plan national de mobilisation pour les emplois et les métiers dans l’économie verte

Le plan de mobilisation s’inscrit dans la dynamique du Grenelle Environnement avec la participation de tous les acteurs de la société civile. Le développement des métiers liés à l’économie verte s’appuie sur trois niveaux de mobilisations complémentaires de l’État, des filières et des territoires.


6 avril 2012 - Développement durable
Imprimer

Sommaire :


      

Le plan national de mobilisation

8 janvier 2011 (mis à jour le 4 avril 2012)


Le plan national de mobilisation est une mise en réseau d’acteurs

Organisé en gouvernance à 5 et rassemblant des centaines d’acteurs, il permet de :

  • faire se rencontrer et travailler ensemble les différents acteurs,
  • structurer et concentrer le plus possible d’actions possible, avec leurs financements,
  • ne pas viser l’augmentation des budgets (publics, de branches et privés) de la formation, déjà élevés, mais leur réorientation,
  • ouvrir des opportunités de passerelles entre domaines professionnels qui se rejoignent du fait du nouveau contenu en développement durable,
  • donner aux acteurs une vision d’ensemble de la question pour leur permettre de mieux penser et coordonner leurs actions,
  • assurer transparence et diffusion de l’information,
  • communiquer sur les enjeux de l’économie verte,
  • donner aux acteurs confiance dans l’action en montrant qu’elle progresse,
  • donner la visibilité nationale et internationale d’une politique,
  • élaborer progressivement des outils économiques et de politiques publiques adaptés aux nouveaux besoins.

La fédération d’un nombre extrêmement important d’acteurs autour d’un objectif commun forme une force de réflexion et d’action et un réseau d’information d’une incroyable richesse.

Le "plan" est :

 
Une gouvernance (à cinq) = comité de pilotage national présidé par ministre du développement durable, comité interministériel, 11 comités de domaines, observatoire, groupes de travail et d’études, conventions de partenariat, site internet… représentation auprès d’instances internationales (OCDE, ONU, OIT notamment) = des centaines de partenaires identifiés
 
Une production de travaux = plan national du 28 janvier 2010, rapports des comités de domaines, des études complémentaires (finances, industrie, commerce, biodiversité…)…
 
La centralisation des très nombreux travaux et initiatives existants sur le sujet… (« ne pas réinventer dans son coin, joindre les forces et les connaissances, ne pas se substituer aux acteurs »)
 

Au quotidien une action de fond, souvent invisible mais réelle et puissante dans ses effets : faire savoir, mobiliser, susciter des initiatives â révision des diplômes et formations, mobilisation des professionnels, mobilisation des régions, apports à la révision des répertoires nationaux de métiers, R&D (en économie, en sciences de l’ingénieur, en ingénierie de formation, etc.)…

 

La mobilisation de l’État

Les objectifs de ce plan au niveau national visent :

  • à mieux identifier les métiers de l’économie verte, connaître les besoins de recrutement en quantité et en qualité,
  • à faire connaître ces métiers et les promouvoir,
  • à intégrer l’économie verte dans tous les programmes de formation et adapter les dispositifs de formation,
  • à organiser les formations des enseignants et des formateurs aux métiers de l’économie verte.

La mobilisation des filières

L’économie verte doit permettre, dans un contexte économique international très concurrentiel, de favoriser la compétitivité des entreprises sans négliger les questions de solidarité.

Chaque filière et chaque entreprise doit s’impliquer en faveur de l’économie verte en :

  • développant au sein même des entreprises les compétences liées au développement durable,
  • définissant des socles de compétence transférables,
  • faisant de l’économie verte un levier pour l’accès à l’emploi des publics en difficulté,
  • soutenant la création d’entreprises en lien avec les pôles de compétitivité.

La mobilisation des territoires

Le volet territorial constitue un volet fondamental du plan de mobilisation pour le développement des filières et des métiers de l’économie verte.

Les conseils régionaux par leurs compétences en matière de développement économique et de formation professionnelle constituent des acteurs fondamentaux et indispensables à la mobilisation des territoires.

Cette démarche s’inscrira soit sous forme de conventions État – Région, soit plus généralement dans les contrats de plan régionaux de développement de la formation professionnelle.

Pour en savoir plus

A l’origine du plan

L’avancement global du plan

 

 

 

      
Imprimer

Voir aussi

Pour joindre l'équipe de pilotage du plan national au commissariat général au développement durable

metiers.economieverte@developpement-durable.gouv.fr