Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Le projet de loi sur la participation du public adopté au Parlement

13 décembre 2012 (mis à jour le 28 décembre 2012) - Développement durable
Imprimer

Le Parlement a définitivement adopté jeudi 13 décembre 2012, par un vote de l’Assemblée nationale, le projet de loi visant à garantir l’information et la participation du public aux décisions prises en matière d’environnement comme prévu par la Charte de l’environnement


Le principe de participation du public constitue un des piliers de la démocratie, par la possibilité de faire entendre sa voix, d’une part, par la transparence qu’elle confère aux décisions des autorités publiques, d’autre part. La participation active des citoyens aux processus décisionnels renforce ainsi les fondements de ces choix sur toute question relative à l’environnement et à ses répercussions sur le cadre de vie ou la santé.

Sur le plan juridique, le principe de participation est notamment protégé par la « Convention d’Aarhus » (convention sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ratifiée par la France le 8 juillet 2002), et l’article 7 de la Charte de l’environnement, adoptée en 2004. Selon cette disposition, toute personne a droit non seulement « d’accéder aux informations relatives à l’environnement » mais aussi « de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement ».

Le projet de loi adopté le 13 décembre 2012 par l’Assemblée Nationale, tirant les conséquences de la jurisprudence récente du Conseil constitutionnel, a pour objet « de donner à l’article 7 de la Charte de l’environnement toute sa portée, afin de permettre aux citoyens de s’impliquer de façon concrète et utile dans le processus d’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

Désormais, et selon ce nouveau texte :

- pour les décisions relevant de l’Etat, le public est informé par voie électronique, et sur demande, sur support papier consulté dans les préfectures et sous-préfecture. Dans un premier temps, le projet environnemental accompagné d’une note de présentation est mis en ligne. Le public peut ensuite y faire ses observations par voie postale ou électronique. Enfin, ces observations sont rendues publiques et l’administration devra en tenir compte.

- pour les décisions individuelles, prises par exemple par les collectivités, le projet de loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnance les modalités de participation du public.

 

 

 

Imprimer