Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

La prévision des crues par l’État

Le Schapi (service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations) est un service à compétence nationale du ministère rattaché au service des risques naturels et hydrauliques de la direction générale de la prévention des risques. Il pilote le réseau de la prévision des crues et de l’hydrométrie. Il est doté d’une instance de gouvernance : le conseil d’orientation et d’appui scientifique et technique (CODOST).


31 juillet 2015 - Prévention des risques
Imprimer

Sommaire :


      

Le réseau VIGICRUES

6 août 2014 (mis à jour le 26 août 2015)

Le Ministère de l’écologie et du développement durable a été chargé en 2003 de concrétiser l’évolution de l’annonce des crues vers la prévision des crues. Cela s’est traduit par la production et la diffusion de la vigilance crues et des prévisions associées, dispositif opérationnel depuis juillet 2006.



Cette mission est assurée par le réseau VIGICRUES, réseau national pour la prévision des crues et l’hydrométrie (ou réseau PC&H), regroupant :

  • le service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (Schapi)
  • les 19 services de prévision des crues (SPC) rattachés, sauf 1, aux directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL)
  • les 28 unités d’hydrométrie, rattachées aux DREAL
  • les cellules de veille hydrologiques (CVH) en Corse et dans les DOM

La vigilance crues permet de prévenir les autorités et le public qu’il existe un risque de crues dans les 24 heures à venir, plus ou moins important selon la couleur de vigilance. En cela, elle est cohérente avec le dispositif de vigilance météorologique mis en place par Météo-France depuis 2001, et qui couvre l’ensemble des risques d’origine météorologique, en les localisant par département. Les deux vigilances permettent aux autorités locales, notamment les préfets et les maires, ainsi qu’au public, de se mettre en situation de réagir de manière appropriée si le danger se précise, et de gérer la situation dans de meilleures conditions.

La vigilance crues a plusieurs particularités.

Elle localise le niveau de vigilance par tronçons ou ensembles de cours d’eau (280 aujourd’hui) du réseau hydrographique surveillé par l’État (plus de 21 700 km de cours d’eau sur le territoire métropolitain continental), aux abords desquels se situent plus des trois quarts de ceux qui vivent ou travaillent en zone inondable.

Elle est aussi accompagnée d’informations complémentaires :

  • les niveaux d’eau et les débits des cours d’eau observés en temps réel sur près de 1500 points de mesure télétransmis, ainsi que leurs variations au cours des derniers jours et des dernières heures,
  • des informations sur les évolutions prévues de niveaux d’eau et de débit, de façon de plus en plus systématique et pour des échéances pouvant aller au-delà de 24 heures.

Le site www.vigicrues.gouv.fr constitue aujourd’hui le système central d’information sur le risque de crues. Il permet de diffuser directement cette information, qui est aussi relayée par Météo France, dans le cadre de la vigilance météorologique au travers de deux volets : « pluie- inondation » et « inondation (sans pluie locale simultanée) », coproduits avec le Schapi.

Les activités du réseau PC&H, sont scientifiques et techniques, mais aussi, comme l’hydrologie en général, elles sont très territoriales car très marquées par la diversité des lieux (bassins versants et cours d’eau) et des populations concernées (plus ou moins exposées aux risques d’inondation et axées sur leur prévention). 

Par ailleurs, le Schapi gère et fait évoluer la Banque HYDRO, base nationale de données hydrométriques (accessible au grand public via le site www.hydro.eaufrance.fr, coeur du système d’information pour la prévision des crues et l’hydrologie en général, y compris celle des étiages. Il assure la mise à disposition de ses données, 365 jours par an, avec un appui à leur utilisation, pour l’ensemble du réseau mais également les gestionnaires de la ressource en eau et des milieux aquatiques, ainsi que le public. Suite à la réforme de l’hydrométrie en 2006, le Schapi appuie et coordonne les unités d’hydrométrie (UH) dans les DREAL.

Enfin, le réseau PC&H prépare des réponses réalistes aux évolutions fortes de la demande sociale en matière d’anticipation des crues soudaines et de leurs conséquences, de prévision de l’enveloppe des zones inondées potentielles (au-delà des prévisions de hauteur d’eau dans les cours d’eau), de connaissance approfondie des régimes hydrologiques des cours d’eau.

 

En savoir plus :

Le métier de prévisionniste

Le bilan d’activité 2013 du Schapi

 

      
Imprimer