Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les moyens de protection contre les bioagresseurs

17 février 2016 (mis à jour le 18 février 2016) - Développement durable
Imprimer

Des pratiques pour limiter l’utilisation des pesticides.


Outre la lutte chimique, quatre grandes catégories de moyens à l’échelle de la parcelle permettent de limiter les dommages aux cultures causés par les bioagresseurs.

Le contrôle génétique : il consiste à utiliser des plantes sélectionnées pour leur résistance ou leur tolérance.

La lutte biologique : elle utilise des organismes vivants pour lutter contre les bioagresseurs.

Le contrôle cultural : il consiste à adapter le système de culture (rotation, travail du sol, date et densité de semis, fertilisation…).

La lutte physique : elle repose principalement sur des moyens mécaniques mais inclut également des moyens thermiques, électromagnétiques ou pneumatiques.

Au-delà de l’échelle parcellaire, d’autres moyens existent : organisation des parcelles dans le paysage, haies, bandes enherbées ou fleuries…

Chacun de ces leviers étant à efficacité partielle, c’est leur combinaison dans le temps et dans l’espace qui est susceptible d’assurer une protection des cultures efficace et économe en pesticides.

Pour en savoir plus, consultez le point sur des pratiques pour limiter l’utilisation des pesticides : apports du programme de recherche « Pesticides ».

Source : d’après Attoumani-Ronceux et al., 2011. Guide pratique pour la conception de systèmes de culture plus économes en produits phytosanitaires (STEPHY). Écophyto 2018, 116 p.

Imprimer