} Les outils de protection - Ministère du Développement durable Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les Terres australes et antarctiques françaises

Iles d’avenir, les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) ont poussé les frontières de la France aux confins du grand sud extrême, là où le milieu naturel est extraordinairement préservé de l’emprunte humaine. L’écrivain Irène Frain parle de certaines d’entre elles, les îles éparses, comme « d’îles à fleur de peau, qui surgissent souvent à l’ultime instant devant la proue d’une navire ». Terres lointaines entre toutes, ces territoires offrent le spectacle de solidarités inouïes et se présentent comme un fabuleux laboratoire de la biodiversité.

Pour en savoir plus : www.taaf.fr


18 février 2010 - Eau et biodiversité
Imprimer

Sommaire :


Les outils de protection

18 février 2010 (mis à jour le 2 juillet 2012)


La réserve naturelle des terres australes françaises

Au cours des dernières décennies, la mise en place d’une réglementation territoriale de protection de l’environnement a permis, au fur et à mesure, de prendre en compte la protection de l’environnement tel que l’exploitation des mammifères marins ou le dérangement des colonies d’animaux les plus sensibles.

Baie américaine - grand albatros
Crédit photo : taaf - Baie américaine grand albatros

C’est en octobre 2006 qu’a été créée, par décret, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises. Elle s’étend sur une partie terrestre de 700 000 hectares comprenant les archipels de Crozet, de Kerguelen et les îles Saint-Paul et Amsterdam et une partie marine de 1 570 000 hectares qui comprend les eaux intérieures et la mer territoriale autour de Saint-Paul et Amsterdam, les mers territoriales de l’archipel de Crozet, à l’exception de celles de l’île de la Possession, et une partie des eaux intérieures et de la mer territoriale des îles Kerguelen. 

Carte Réserves naturelles de France
Crédit photo : taaf - Carte Réserves naturelles de France

Les îles subantarctiques françaises constituent, du fait de leur éloignement des centres d’activités humaines, des sanctuaires qu’il est urgent de préserver de façon durable. Le patrimoine biologique encore presque intact de ces îles océaniques est d’une richesse et d’une importance considérables. En assumant cette responsabilité devant la communauté internationale, la France est exemplaire dans le respect de ses engagements. Dans le cadre de la réserve naturelle, le Territoire travaille actuellement à l’élaboration du plan de gestion de la réserve naturelle, véritable « mode d’emploi » qui précisera les orientations de gestion pour les cinq ans à venir. Ce premier plan de gestion, qui recueillera notamment les avis du Comité de l’environnement polaire, conseil scientifique de la réserve, et du Conseil consultatif des TAAF, comité consultatif de la réserve, sera validé courant 2010.

La France a obtenu en novembre 2008 l’incription de la réserve naturelle des Terres australes françaises sur la « Liste Ramsar » des zones humides d’importance internationale. Cette reconnaissance atteste de la qualité des milieux et du caractère primordial au niveau mondial que revêt leur préservation. Le classement de ce site, désormais site Ramsar le plus vaste d’Europe, marque le patrimoine exemplaire de ces milieux originels.

Projets de classement d’autres territoires des Taaf, notamment des îles Éparses

Les îles Éparses bénéficient d’une protection de l’environnement fondée sur un arrêté préfectoral de 1975. Une étude sur la faisabilité d’Aires Marines Protégées et/ou de réserves naturelles visant à renforcer la protection de ces sites terrestres et marins est actuellement en cours. Pour cela, un accord cadre entre les Taaf et l’agence des Aires Marines Protégées a été signée en janvier 2009.

Dans le cadre des conclusions du Grenelle de la Mer, les Taaf ont proposé de classer l’île d’Europa ainsi que ses eaux territoriales en réserve naturelle nationale. Le classement devrait être prononcé en 2010.

Concernant l’Antarctique, au-delà du classement au titre du Traité de Washington et du protocole de Madrid, la terre Adélie abrite plusieurs zones spécialement protégées au niveau international qui vise à conserver la biodiversité polaire (colonie de manchots empereurs, Phoques de Wedell…).
 

Imprimer