Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les zones humides à l’honneur le 2 février

2 février 2015 (mis à jour le 29 janvier 2016) - Eau et biodiversité
Imprimer

Depuis 1997, le secrétariat de la Convention de Ramsar promeut chaque année la Journée mondiale des zones humides le 2 février. A cette occasion des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux services procurés par les zones humides sont organisées. Cette édition 2015 a pour thème : "Des zones humides pour notre avenir". Objectif : souligner le rôle fondamental des zones humides face au changement climatique et ses conséquences.


Les milieux humides, amortisseurs du changement climatique

Protection contre l’érosion du littoral, atténuation de l’intensité des crues, alimentation des cours d’eau pendant les sécheresses, les milieux humides atténuent le réchauffement climatique global et amortissent les impacts que subissent les populations. Comment ?

Le changement climatique se traduit localement par une augmentation des évènements météorologiques extrêmes dont nous subissons directement les conséquences : crues, inondations, sécheresses, érosion du littoral, etc. Les milieux humides participent à la prévention des risques naturels. Sur le littoral, les mangroves, les deltas, les marais et les estuaires ont un rôle tampon puisqu’ils résorbent la puissance des tempêtes, la force et la vitesse des vagues. Grâce à leur végétation, les milieux humides protègent également les rives et les rivages contre l’érosion. Par ailleurs, la plupart des milieux humides peuvent stocker l’eau dans le sol ou la retenir à leur surface. Ils permettent de diminuer l’intensité des crues et les dommages causés par les inondations. L’eau accumulée pendant les périodes pluvieuses ou lors d’évènements météorologiques exceptionnels pourra alimenter progressivement les nappes phréatiques et les cours d’eau pendant les périodes sèches.

En tant que puits de carbone naturels, les milieux humides atténuent le réchauffement climatique global. De manière générale, le carbone est séquestré par la végétation, via la photosynthèse. De plus, à condition qu’elles ne soient pas dégradées, les tourbières ont un rôle primordial : la transformation progressive de la végétation en tourbe accumule pendant des milliers d’années des quantités importantes de carbone. À l’échelle mondiale, les tourbières ne couvrent que 3 % de la surface terrestre mais stockent deux fois plus de carbone que les forêts (30 % de la surface terrestre).

Agir pour la préservation des milieux humides

Les milieux humides sont parmi les milieux les plus dégradés et les plus menacés au monde. On estime que la France a perdu environ 2/3 de la superficie de ces milieux, en particulier à cause du drainage et de l’urbanisation. Malgré tout, grâce à la volonté politique et à la sensibilisation aux enjeux environnementaux, de nombreuses opérations de préservation et de restauration des milieux humides sont mises en œuvre en France. En juin 2014, Ségolène Royal a lancé un nouveau plan national d’action en faveur des milieux humides (2014-2018).

La Journée mondiale des zones humides 2015 a pour thème Des zones humides pour notre avenir. Dans la perspective de la 21e conférence internationale sur les changements climatiques (COP21) qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a souhaité mettre l’accent sur le rôle fondamental des zones humides face au changement climatique et ses conséquences.

Le coup d’envoi national de la journée est donné, le 2 février, à la Tour du Valat, au coeur du parc naturel régional de Camargue.

> Découvrez le programme des évènements près de chez vous jusqu’au 28 février

Crédits photo Une : Laurent Mignaux/MEDDE.
 

 

Imprimer